News

La frappe aérienne d’AFRICOM en Somalie fait 5 morts

Cinq membres d’al-Shabaab sont morts dans une frappe aérienne en Somalie, selon le United States Africa Command.

La frappe américaine visait les dirigeants d’al-Shabaab près de Saaxa Weyne, a indiqué l’AFRICOM. Aucun civil n’a été blessé ou tué au cours de l’opération.

«Cette frappe visait des dirigeants connus d’al-Shabaab qui ont facilité le financement, les armes, les combattants et les explosifs. L’un est soupçonné d’être impliqué dans une attaque antérieure contre les forces américaines et somaliennes », a déclaré le major général de l’US Air Force Dagvin Anderson, commandant de la Force opérationnelle interarmées – Quartz. «Notre perturbation continue d’Al-Shabaab par des grèves persistantes montre notre engagement continu envers nos partenaires.»

La référence à JTF-Quartz reconnaît le plan de repositionnement américain pour la Somalie, appelé opération Octave Quartz. Il a été lancé en décembre à la suite de la décision du président américain sortant Donald Trump de déplacer la plupart des troupes américaines hors de Somalie d’ici le 15 janvier.

On ne s’attend pas à ce que ces forces quittent le continent mais se déplacent vers d’autres endroits, en particulier des bases militaires en Afrique de l’Est. Il y a environ 700 militaires américains qui servaient en Somalie, dont un certain nombre partent pour le Kenya.

«Pour être clair, les États-Unis ne se retirent pas ou ne se désengagent pas de l’Afrique de l’Est», a déclaré le général de l’armée américaine Stephen Townsend, le commandant de l’AFRICOM, après l’annonce de la décision le mois dernier. «Nous restons déterminés à aider nos partenaires africains à bâtir un avenir plus sûr. Nous restons également capables de frapper Al-Shabaab au moment et à l’endroit de notre choix – ils ne devraient pas nous tester.

Image: fichier AFRICOM

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page