News

Facebook ferme les comptes des responsables ougandais avant les élections

Publié le:

Facebook a fermé un grand nombre de comptes appartenant à des responsables du gouvernement ougandais accusés de chercher à manipuler le débat public avant les élections jeudi, a déclaré lundi à l’AFP le géant de l’internet.

La nation d’Afrique de l’Est organise des élections présidentielles et parlementaires après une campagne tendue et sanglante, avec le président sortant Yoweri Museveni, 76 ans, confronté à un défi de taille de la part de la popstar devenue politicienne Bobi Wine, 38 ans.

“Ce mois-ci, nous avons supprimé un réseau de comptes et de pages en Ouganda qui se sont engagés dans la CIB (Comportement Inauthentique Coordonné) pour cibler le débat public avant les élections”, a déclaré Kezia Anim-Addo, responsable de la communication de Facebook pour l’Afrique subsaharienne, dans un email.

“Ils ont utilisé de faux comptes et des comptes en double pour gérer des pages, commenter le contenu d’autres personnes, se faire passer pour des utilisateurs, repartager des publications en groupes pour les rendre plus populaires qu’ils ne l’étaient.”

Anim-Addo a déclaré que le réseau était lié au ministère gouvernemental des technologies de l’information et des communications.

“Compte tenu de l’imminence des élections en Ouganda, nous avons agi rapidement pour enquêter et supprimer ce réseau.”

L’attaché de presse principal de Museveni, Don Wanyama, qui a vu son compte Facebook et Instagram fermer, a accusé l’entreprise de chercher à influencer les élections.

“Honte aux forces étrangères qui pensent pouvoir aider et implanter un leadership fantoche sur l’Ouganda en désactivant les comptes en ligne des partisans du NRM (du parti au pouvoir)”, a-t-il déclaré sur Twitter.

“Vous n’emporterez pas le président Kaguta Museveni”, a-t-il ajouté, utilisant le deuxième nom du président.

Le compte en ligne de Museveni est toujours actif, mais de nombreux responsables gouvernementaux et membres du parti au pouvoir ont vu leurs pages supprimées, y compris un blogueur bien connu et partisan de Museveni, un médecin éminent et un haut fonctionnaire du ministère de l’Information.

Le président a longtemps accusé des organisations et des éléments étrangers de soutenir Wine dans le but de destituer son gouvernement.

Anim-Addo a déclaré que plus de 100 réseaux de ce type cherchant à manipuler le débat public ont été supprimés dans le monde depuis 2017.

En décembre, des réseaux gérés depuis la Russie et la France – l’un lié à l’armée française – ont été supprimés suite à des accusations d’opérations d’ingérence en Afrique.

Et en octobre, Facebook a fermé la page d’un parti politique néo-zélandais alimenté par la conspiration, accusé de répandre de la désinformation sur le coronavirus avant les élections dans ce pays.

Les géants des médias sociaux tels que Facebook, Twitter, Instagram et d’autres font l’objet d’un examen de plus en plus attentif du contenu qu’ils permettent de diffuser sur leurs réseaux.

Ils ont notamment bloqué le président américain Donald Trump après que les partisans de Trump ont pris d’assaut le Capitole américain mercredi dernier.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page