News

Des attaques djihadistes présumées contre l’armée au Mali font trois morts

Publié le:

Des attaques jumelles contre l’armée dans le centre du Mali ont tué pendant la nuit trois soldats tandis que cinq des assaillants présumés ont également été laissés morts, ont indiqué dimanche des sources de sécurité.

Les attaques ont eu lieu près de la frontière avec le Burkina Faso sur des positions de l’armée qui ont été ciblées dans le passé. Une offensive islamiste meurtrière a commencé dans le nord du Mali en 2012 avant de se propager ailleurs.

<< Deux attentats terroristes simultanés dans la nuit de samedi à dimanche [...] a causé la mort de trois soldats », a déclaré à l'AFP une source militaire, détaillant les raids à Boulkessy et Mondoro dans le centre du pays du Sahel qui ont également fait cinq morts présumés djihadistes.

Une source de sécurité a confirmé les attaques et le nombre de morts, ajoutant que sept autres soldats avaient été blessés ainsi qu’un certain nombre de djihadistes présumés, qui auraient abandonné 25 motos en fuyant.

L’attaque a eu lieu vers 3 heures du matin (03h00 GMT) et les combats se sont poursuivis pendant environ une heure, a déclaré un responsable local à l’AFP.

En septembre 2019, les mêmes positions de l’armée ont été ciblées dans l’une des attaques les plus meurtrières à avoir frappé le Mali depuis 2012, avec une cinquantaine de soldats tués.

Cette double attaque a ensuite été revendiquée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, la principale alliance djihadiste dans la région du Sahel affiliée à Al-Qaïda.

Jeudi, trois autres soldats maliens ont été tués dans un attentat à la bombe dans la région de Mondoro.

(FRANCE 24 avec AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page