News

Le Front Polisario du Sahara occidental lance des roquettes sur la zone frontalière de Guerguerat

Publié le:

Le Front Polisario, pro-indépendance du Sahara occidental, a bombardé la zone tampon de Guerguerat sous contrôle marocain dans l’extrême sud du territoire désertique lors d’une attaque nocturne que Rabat qualifie de “guerre de propagande”.

“L’armée sahraouie a lancé quatre roquettes en direction de … Guerguerat”, à la frontière entre le Maroc et la Mauritanie, a indiqué dimanche l’agence de presse sahraouie SPS dans un communiqué, citant un chef militaire des forces séparatistes sahraouies.

Le Maroc a lancé le 13 novembre une opération militaire dans la zone tampon de Guerguerat, à l’extrême sud de l’ancienne colonie espagnole, pour chasser un groupe de militants sahraouis qui bloquaient une route de transit vers la Mauritanie voisine.

Le communiqué du SPS faisait également état d’attaques le long du mur de sécurité qui sépare les combattants sahraouis des forces marocaines dans la vaste étendue désertique.

Un haut responsable marocain contacté par l’AFP à Rabat a déclaré: “Il y a eu des tirs de harcèlement près de la zone de Guerguerat, mais cela n’a pas affecté la route nationale, la circulation n’a pas été perturbée.”

“Cela fait partie d’un cycle de harcèlement depuis plus de trois mois”, a-t-il déclaré.

“Il y a une volonté de créer une guerre de propagande, une guerre médiatique, sur l’existence d’une guerre au Sahara” mais “la situation est normale”, a-t-il dit.

Le Sahara occidental est une ancienne colonie espagnole disputée et divisée, principalement sous le contrôle du Maroc, où les tensions avec le Front Polisario mijotent depuis les années 1970.

En novembre, le Maroc a envoyé des troupes dans une zone tampon patrouillée par l’ONU pour rouvrir une route clé menant à la Mauritanie.

Le Polisario a répondu en déclarant nul et non avenu un cessez-le-feu de 1991, arguant que la route n’existait pas lorsque la trêve a été signée.

Les deux parties auraient depuis échangé des tirs réguliers le long de la ligne de démarcation.

L’accord de cessez-le-feu soutenu par l’ONU était censé conduire à un référendum d’autodétermination.

Le Maroc a offert son autonomie, mais maintient que le territoire est une partie souveraine du royaume.

Les négociations de l’ONU suspendues depuis 2019

Les négociations menées par l’ONU entre le Maroc et le Polisario, avec l’Algérie et la Mauritanie en tant qu’observateurs, sont suspendues depuis mars 2019.

Le Front Polisario, qui a mené une guerre pour l’indépendance du Maroc de 1975 à 1991, a déclaré qu’il était toujours prêt à se joindre aux pourparlers de l’ONU sur l’avenir du territoire – mais qu’il ne déposerait pas les armes.

“Par le passé, nous avons mis toute notre confiance dans la communauté internationale et avons définitivement mis fin à notre lutte armée”, a déclaré mardi un haut responsable de la sécurité du Polisario, Sidi Ould Oukal.

“Nous avons attendu 30 ans. Trente ans de promesses non tenues, de prévarication et d’attente intenable.”

Ould Oukal a insisté sur le fait que le groupe était “ouvert à toute médiation”.

“Mais en même temps, nous poursuivrons la lutte armée, sur la base des expériences passées”, a-t-il déclaré.

De son côté, la position du Maroc a été renforcée l’an dernier par la reconnaissance américaine de sa souveraineté sur l’ensemble du territoire contesté, brisant des décennies de précédent.

Cette décision est venue du président Donald Trump en échange de la normalisation des relations de Rabat avec Israël.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page