NewsSports

Le Maroc commence à vacciner en masse les médecins contre le virus AP Vaccination Maroc Afrique Vaccins

Des dizaines d’agents de santé marocains se sont rendus dans une tente blanche spacieuse érigée à l’extérieur de l’hôpital universitaire Avicenne dans la capitale Rabat pour recevoir leur première dose de vaccins COVID-19, alors qu’un effort de vaccination de masse a commencé vendredi dans le pays d’Afrique du Nord.

Le centre de vaccination très animé – l’un des 600 mis en place rien qu’à Rabat – vise à injecter des doses de vaccin à plus de 4 000 professionnels de la santé en trois semaines. C’est un exemple des objectifs ambitieux fixés par le Maroc, qui dispose jusqu’à présent de l’un des plans de vaccination contre les coronavirus les plus avancés d’Afrique.

Alors que les pays européens et l’Amérique du Nord ont commencé à vacciner il y a plusieurs semaines, l’Afrique ne fait que commencer à recevoir ses premières doses, notamment de Chine et de Russie. Le roi marocain Mohammed VI a reçu jeudi la première injection du pays et les vaccinations à l’échelle nationale ont commencé vendredi – au moment même où le pays confirmait son premier cas de variante du virus identifié en Grande-Bretagne.

Abdelatif Asmamaa, un infirmier de 58 ans qui travaille aux premières lignes de la pandémie depuis mars, a été parmi les premiers patients à entrer dans la tente de l’hôpital universitaire.

Avant que la première de ses deux doses ne soit administrée, Asmamaa, qui souffre d’hypertension artérielle, a été accueilli par le personnel médical qui s’est renseigné sur son état de santé puis lui a injecté le vaccin Covishield, développé par l’Université d’Oxford et AstraZeneca.

«C’est une atmosphère excitante», a-t-il dit, vérifiant un document indiquant quand il recevra son deuxième coup. «Je ne ressens rien, c’est comme le vaccin contre la grippe saisonnière.»

Dans des cabines dispersées à travers la tente, d’autres infirmières, médecins et membres du personnel du ministère de la Santé recevaient les vaccins simultanément.

Des scènes similaires se sont déroulées dans les lieux de vaccination à travers le royaume nord-africain. Selon un plan gouvernemental de déploiement de vaccins, environ 3000 sites seront mis en place au total, y compris des unités mobiles qui délivreront des vaccins dans les zones reculées et rurales.

Le déploiement du vaccin dans le pays cible dans un premier temps les personnes les plus vulnérables au virus, notamment les agents de santé, les forces de sécurité et autres autorités publiques, ainsi que les personnes de plus de 75 ans.

Le vaccin AstraZeneca, produit par le Serum Institute of India, est l’un des deux vaccins utilisés par le Maroc dans sa campagne de vaccination gratuite. L’autre est développé par Sinopharm en Chine. Les deux vaccins nécessitent deux doses et ne nécessitent pas de stockage ultra-froid.

Le Maroc vise à obtenir 66 millions de doses des deux vaccins, couvrant environ 80% de ses 35 millions d’habitants.

Interrogé sur les critères déterminant le tir à utiliser, le Dr Mina Ait El Qadi, directrice de la pharmacie de l’hôpital, a déclaré que c’était une décision prise par le comité scientifique du gouvernement. «Nous n’avons pas vraiment de dicton sur le choix du vaccin à administrer. Nous travaillons avec ce qu’ils nous donnent ».

Le Maroc a vu une baisse des cas de virus confirmés récemment attribuée à une baisse des tests. Dans l’ensemble, le pays a signalé plus de 469 990 cas confirmés, dont 8 246 décès, selon les données gouvernementales. C’est l’un des péages confirmés les plus élevés d’Afrique.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page