News

Après le sommet du Sahel, 35 autres meurent au Tchad

35 autres personnes sont mortes au Tchad à la suite d’affrontements dans la province de Salamat, dans le sud-est du pays, une évolution qui fait suite au sommet régional de sécurité de cette semaine entre les cinq pays du Sahel et la France.

Les combats communautaires entre agriculteurs et éleveurs ont commencé par une attaque à un barrage routier, selon un entretien de l’Agence France Presse avec la responsable tchadienne Mara Maad. Au moins un soldat est mort après que l’armée ait été appelée pour réprimer les combats.

Les affrontements communautaires et ethniques, souvent liés à l’utilisation des terres, sont souvent liés aux objectifs des groupes armés opérant dans la région ces dernières années. Alors que l’Est est un point chaud pour le trafic d’armes et d’êtres humains associé aux militants, les défis du Tchad sont répandus – tout comme ceux des autres pays du G5 que sont la Mauritanie, le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

La France a longtemps soutenu les pays du G5 dans leurs efforts pour réprimer les extrémistes désireux d’étendre leur influence en Afrique de l’Ouest, mais ces dernières années, son implication au Sahel a fait l’objet d’un examen plus approfondi tant au pays que sur le continent africain. Le président français Emmanuel Macron et les dirigeants de la nation sahélienne ont connu des moments tendus dans leurs relations, Macron promettant de réduire le nombre de soldats français en service au Sahel.

C’est hors de la table pour le moment, avec Macron annonce mardi qu’aucun changement immédiat n’est prévu.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page