News

Les électeurs se rendent aux urnes pour inaugurer la première transition démocratique au Niger

Publié le:

Le Niger vote dimanche au deuxième tour d’une élection présidentielle qui devrait inaugurer la première transition démocratique du pouvoir depuis que la nation ouest-africaine a obtenu son indépendance de la France en 1960.

Le candidat du parti au pouvoir, Mohamed Bazoum, est considéré par beaucoup comme le favori après avoir mené le premier tour le 27 décembre avec 39,3% des voix. Il affronte l’ancien président Mahamane Ousmane, qui a obtenu 17%.

Bazoum, un homme politique de 61 ans qui avait occupé plusieurs postes de haut niveau dans les gouvernements du président sortant Mahamadou Issoufou, y compris les ministères des Affaires étrangères et de l’Intérieur, est soutenu par les candidats arrivés troisième et quatrième au premier tour.

Bazoum a promis de poursuivre la politique d’Issoufou, faisant de la sécurité un point focal alors que le pays lutte contre les insurrections, tout en introduisant des politiques pour réorganiser l’économie.

Ousmane, 71 ans, a été le premier président démocratiquement élu du Niger et a été évincé lors d’un coup d’État militaire de 1996. Il a été soutenu par une douzaine de petits partis et candidats du premier tour. Il a promis d’apporter des changements et de lutter contre la corruption.

La nation sahélienne d’environ 24 millions d’habitants est l’une des plus pauvres du monde et est aux prises avec des sécheresses récurrentes et des inondations destructrices. La pandémie de coronavirus a pesé sur son économie, tandis que la faiblesse des prix de sa principale exportation, l’uranium, a affecté les revenus.

Le Fonds monétaire international s’attend à ce que l’économie nigérienne rebondisse à des niveaux d’avant la pandémie, avec une croissance de plus de 6% cette année après avoir chuté de 1,2% en 2020.

“La continuité est meilleure”, a déclaré Boukari Hassane, un fonctionnaire de 42 ans qui a ajouté qu’il souhaiterait que Bazoum acheva les programmes de développement lancés sous Issoufou.

L’analyste politique basé à Niamey, Elhadj Idi Abou, a déclaré que le résultat du vote n’avait pas été décidé et que le taux de participation devrait être élevé étant donné le taux de participation de près de 70% au premier tour.

Le choix était entre la continuité avec Bazoum, ou le changement avec Ousmane, a-t-il ajouté.

“Pour moi, il n’y a pas de favori car ce scrutin est le plus ouvert et le résultat ne dépend pas des alliances mais des citoyens. Les deux candidats ont les mêmes chances”, a déclaré Abou.

Le Niger est confronté à deux des insurrections les plus meurtrières d’Afrique – une près de sa frontière ouest avec le Mali et le Burkina Faso, où des militants liés à Al-Qaïda et à l’État islamique ont mené une série d’attaques. Une attaque contre deux villages début janvier près de la frontière avec le Mali a fait 100 morts.

Le long de sa frontière sud-est avec le Nigeria, les attaques de Boko Haram ont fait des centaines de morts et déplacé des milliers de personnes.

(REUTERS)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page