News

Les élections au Niger déclenchent des violences et une explosion fatale

Sept membres de la Commission électorale nationale indépendante du Niger sont morts dimanche lorsque le véhicule dans lequel ils voyageaient a heurté un engin explosif improvisé le long d’une route près de Waraou, dans l’ouest troublé du pays.

L’explosion en a blessé trois autres, selon un Rapport RFI. Cela s’est produit alors que les Nigériens se rendaient aux urnes pour le deuxième tour de leur élection présidentielle, avec Mohamed Bazoum face à l’ancien président Mahamane Ousmane. Aucun des deux candidats n’a remporté une victoire pure et simple en décembre alors que le Niger commençait à choisir un successeur à Issoufou Mahamadou.

«J’ai appris avec regret et tristesse (de) l’attentat terroriste qui a causé la mort de 7 agents de la CENI dans l’exercice de leurs fonctions», a déclaré Issoufou, qui a démissionné après deux mandats. «Dans cette situation douloureuse, je présente mes condoléances aux familles des victimes et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.»

L’attentat à la bombe a été l’un des nombreux incidents violents à avoir affecté les élections nigériennes, selon les analystes de la sécurité de MENASTREAM. Un groupe armé a vandalisé un bureau de vote et volé un véhicule appartenant au parti PNDS-Tarayya soutenant Bazoum lors d’une deuxième attaque dans la région de Tillabéri.

Des attaques armées ont également fermé au moins six bureaux de vote un peu plus à l’est, certains agents électoraux étant toujours portés disparus. D’autres affrontements entre partisans du parti ont été signalés dans la campagne de Bani-Bangou.

Bazoum, proche allié d’Issoufou, largement favorisé pour remporter les élections, a également condamné les violences.

Image: Présidence du Niger

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page