News

Les forces pro-gouvernementales s’emparent du bastion de l’ancien président

Publié le:

Les forces pro-gouvernementales de la République centrafricaine (RCA) ont saisi mercredi un bastion de l’ancien président François Bozize, accusé en décembre d’avoir comploté un coup d’État, a déclaré le Premier ministre Firmin Ngrebada.

«Je salue la prise de la ville de Bossangoa par nos forces et nos alliés aujourd’hui», a-t-il déclaré sur Facebook, faisant référence à une ville clé pro-Bozize à 280 kilomètres (175 miles) au nord de la capitale Bangui.

«Alliés» est un terme utilisé par le gouvernement de la RCA pour désigner les paramilitaires russes et les troupes rwandaises qui soutiennent les autorités assiégées contre les groupes rebelles.

«Plus jamais les bandits ne dérangeront les gens dans cette partie du pays», a promis Ngrebada.

Un haut responsable du gouvernement, qui a parlé sous couvert d’anonymat, a déclaré que «les combats sont toujours en cours» mais que «la résistance a été brisée, l’ennemi fuit».

A la mi-décembre, six groupes rebelles se sont unis pour lancer une offensive contre le président Faustin Archange Touadera, un peu plus d’une semaine avant les élections présidentielles et législatives.

Le gouvernement a déclaré que les rebelles avaient agi de concert avec Bozize, qui a pris le pouvoir en 2003 et a été évincé une décennie plus tard – un acte qui a déclenché une guerre civile selon des principes sectaires.

La Russie et le Rwanda ont embarqué du personnel militaire pour renforcer les forces armées mal équipées de la RCA, qui sont également soutenues par une force de 12 000 onusiennes, la MINUSCA.

Les rebelles ont attaqué une série de villes en janvier et se sont rapprochés deux fois de la capitale, mais le gouvernement et ses alliés ont lancé la contre-offensive.

Une série de villes – Boda, Boali, Bossembele, Bossemptele, Yaloke et Beloko – ont été reprises et le 16 février, la ligne de sauvetage de la route de Bangui vers le Cameroun voisin a été rouverte.

Le lendemain, le gouvernement a déclaré qu’il avait «complètement libéré» Bambari, la cinquième plus grande ville de RCA, située au centre du pays, et capturé «de nombreux prisonniers».

Ombre de Bozize

Bozize a fui à l’étranger après avoir été renversé en 2013.

Il est revenu à la fin de 2019, alimentant les craintes que la nation en difficulté ne soit à nouveau plongée dans un conflit à part entière alors que des élections se profilaient à l’horizon.

La violence reste endémique dans un pays où les deux tiers du territoire sont contrôlés par des milices.

Touadera a été réélu au premier tour du scrutin, selon les chiffres officiels, mais le taux de participation n’a été que de 35% car de nombreux électeurs n’ont pas pu voter.

Bozize nie avoir apporté tout soutien aux six groupes rebelles, qui ont fait équipe en décembre sous le nom de Coalition of Patriots for Change, ou CPC.

Le 4 janvier, le gouvernement a lancé une enquête sur lui pour «rébellion».

Des milliers de personnes sont mortes en RCA depuis 2013 et plus d’un quart de la population de 4,9 millions d’habitants a fui leur foyer.

Sur ce nombre, 675 000 sont des réfugiés dans les pays voisins.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page