News

Des écoliers enlevés il y a 10 jours dans l’État nigérian du Niger, ont déclaré le gouverneur

Publié le:

Des hommes armés au Nigéria ont libéré samedi 42 personnes, dont 27 étudiants, qui avaient été enlevées dans un internat la semaine dernière dans l’État du centre-nord du Niger, a déclaré le gouverneur de l’État.

Leur libération intervient juste un jour après un raid séparé dans une école de l’État de Zamfara au Nigéria, où des hommes armés ont saisi plus de 300 filles.

Les enlèvements contre rançon par des groupes armés, dont beaucoup portent des armes et conduisent des motos, sont courants dans de nombreux États du nord du Nigéria.

La semaine dernière, 27 étudiants, trois membres du personnel et 12 membres de leur famille ont été enlevés par un gang armé qui a pris d’assaut l’école secondaire Government Science dans le district de Kagara, dans l’État du Niger, vers 2 heures du matin, submergeant le service de sécurité de l’école. Un garçon a été tué pendant le raid.

«Les étudiants enlevés, le personnel et les proches du gouvernement Science Collage Kagara ont retrouvé leur liberté et ont été reçus par le gouvernement de l’État du Niger», a déclaré le gouverneur Abubakar SaniBello dans un tweet

Les récentes attaques ont suscité des inquiétudes quant à la montée de la violence des gangs armés et des insurgés islamistes. Le groupe djihadiste Boko Haram procède à des enlèvements dans le nord-est turbulent du Nigéria, tout comme une branche de l’État islamique.

Les troubles sont devenus un problème politique pour le président Muhammadu Buhari, un général à la retraite et ancien dirigeant militaire qui a fait face à des critiques croissantes ces derniers mois à la suite d’attaques très médiatisées de gangs connus localement sous le nom de «bandits».

Buhari a remplacé ses chefs militaires de longue date ce mois-ci dans un contexte d’aggravation de la violence au Nigéria.

La violence et l’insécurité ont aggravé les défis économiques auxquels sont confrontés les citoyens du pays le plus peuplé d’Afrique et le premier exportateur de pétrole d’Afrique, qui peine à faire face à une baisse des revenus due à une chute des prix du brut en plus de l’impact de la pandémie COVID-19.

(REUTERS)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page