HealthNews

Un responsable rwandais admet des violations de la loi dans l’affaire de “ l’hôtel Rwanda ”

NAIROBI, Kenya – Le procureur général du Rwanda a révélé par inadvertance qu’il avait intercepté des documents juridiques privilégiés et confidentiels dans l’affaire de terrorisme en cours contre Paul Rusesabagina, l’éminent dissident dont les efforts pour sauver plus de 1200 personnes pendant le génocide du pays ont été décrits dans le film nominé aux Oscars. «Hôtel Rwanda.»

Dans une interview vidéo publiée par Al Jazeera English, Johnston Busingye, qui est à la fois ministre de la Justice et procureur général, a rejeté les accusations selon lesquelles les autorités avaient confisqué les papiers de M. Rusesabagina ou bafoué le secret professionnel de l’avocat.

Mais dans une vidéo de préparation d’une heure et demie que son équipe de relations publiques a accidentellement envoyée au média, M. Busingye s’est contredit, affirmant que les autorités pénitentiaires avaient intercepté la correspondance entre M. Rusesabagina et ses avocats et enfants, certains qui comprenait des plans d’évacuation.

M. Busingye a également discuté avec l’équipe de la manière de répondre aux questions sur le point de savoir si le gouvernement rwandais avait payé le vol qui, en août, a conduit M. Rusesabagina à Kigali, où il a été arrêté pour meurtre, vol à main armée et appartenance à un organisation terroriste.

Les dernières révélations sont survenues quelques heures seulement après qu’un tribunal rwandais a statué vendredi qu’il était compétent pour juger M. Rusesabagina – un citoyen belge et résident permanent des États-Unis. Elle est également intervenue alors que le procès fait l’objet d’une condamnation généralisée de la part d’entités, notamment des groupes de défense des droits, des membres du Congrès américain et du Parlement européen.

Les dernières révélations, selon ses avocats, obscurcissent également les chances que M. Rusesabagina obtienne un procès équitable, étant donné que ses avocats internationaux n’ont pas été autorisés à se rendre à Kigali pour le représenter et que les responsables de la prison continuent de confisquer ses dossiers. M. Rusesabagina, un ancien hôtelier, a déclaré à ses avocats qu’il avait peur de mourir d’un accident vasculaire cérébral en prison et les membres de sa famille ont déclaré qu’ils restaient préoccupés par la détérioration de sa santé.

Lors de l’entretien avec Al Jazeera, M. Busingye a nié que la communication de M. Rusesabagina avec ses avocats ait été interceptée. Mais «si cela s’est produit, il sera soulevé devant les tribunaux et les tribunaux le traiteront équitablement», a-t-il déclaré à l’intervieweur d’Al Jazeera, Marc Lamont Hill, dans l’émission «UpFront».

Dans un autre clip diffusé par Al Jazeera, M. Busingye est vu en train de recevoir des conseils sur la façon de répondre aux questions sur qui a payé le jet privé qui a amené M. Rusesabagina à Kigali. Dans la vidéo, le consultant en relations publiques peut être entendu avertir le ministre d’être «prudent» parce que l’intervieweur «cherchait quelque chose à publier dans un communiqué de presse à propos de l’interview – à la recherche de pépites de choses difficiles».

Lorsque M. Hill d’Al Jazeera lui a demandé qui avait payé le jet, M. Busingye a dit que le gouvernement rwandais l’avait fait.

Depuis que M. Rusesabagina a été présenté à la presse menotté à Kigali le 31 août, des questions ont tourné autour de la façon dont il s’est retrouvé là-bas.

Il a quitté son domicile à San Antonio, au Texas, et est arrivé à Dubaï sur un vol Emirates au départ de Chicago dans la soirée du 27 août. Il s’est ensuite enregistré à l’hôtel Ibis de Dubaï, selon un document de la mission des Émirats arabes unis à Genève. et cinq heures plus tard, il est monté à bord d’un jet privé qui, selon lui, se dirigeait vers le Burundi, où il prévoyait de parler aux églises à l’invitation d’un pasteur local.

Le lendemain, l’avion, exploité par la société de charters basée en Grèce GainJet, a atterri à Kigali, où il a été arrêté, ligoté et interrogé.

Les autorités rwandaises, notamment lors d’entretiens avec le New York Times, ont précédemment confirmé qu’elles avaient loué le service d’affrètement pour les opérations gouvernementales, mais n’ont jamais explicitement confirmé avoir loué le vol exact qui a amené M. Rusesabagina à Kigali.

En décembre, M. Rusesabagina et sa famille ont poursuivi GainJet pour son rôle dans l’épisode.

Après son arrestation, le président Paul Kagame – dont le gouvernement essayait d’appréhender M. Rusesabagina, âgé de 66 ans depuis des années – a qualifié l’opération de «parfaite» et a déclaré qu’il ne s’agissait pas d’un enlèvement.

Quant aux plans d’évasion de M. Rusesabagina, sa fille Carine Kanimba a déclaré qu’elle avait reçu des messages WhatsApp et Twitter depuis novembre d’une personne prétendant être l’un des gardiens de prison de son père. Les messages, à la fois audio et écrits et révisés par le Times, décrivaient la routine de M. Rusesabagina et suggéraient des moyens de l’aider à s’échapper.

«Je n’ai jamais répondu», a déclaré Mme Kanimba lors d’un entretien téléphonique. «Je craignais de répondre et qu’ils l’utilisent contre mon père.»

En décembre, la famille a également partagé le matériel avec le FBI, le département d’État américain et le ministère belge des Affaires étrangères.

Vendredi, les autorités rwandaises ont doublé leur position, qualifiant l’arrestation de «légale et convenable». Dans un communiqué, le ministère de la Justice a déclaré que M. Busingye avait pris connaissance d’une «violation possible» en décembre en ce qui concerne les documents privilégiés, et qu’il avait ordonné qu’ils soient restitués à M. Rusesabagina.

Kate Gibson, l’avocat principal de M. Rusesabagina, a contesté cette déclaration, affirmant que ses papiers «continuent d’être régulièrement et systématiquement confisqués, y compris ses documents privilégiés et confidentiels». Mme Gibson est l’une des trois avocats en attente d’autorisation pour représenter l’ancien hôtelier à Kigali.

Pas plus tard que la semaine dernière, a-t-elle dit, M. Rusesabagina s’est vu refuser le droit de se rendre dans sa cellule avec ses documents.

«Nous voyons maintenant dans la vidéo de préparation d’Al Jazeera que le contenu des documents juridiques privilégiés et confidentiels atteint les plus hauts niveaux», a-t-elle déclaré dans un e-mail. «Le droit à une communication confidentielle est au cœur de la représentation juridique. Sans cela, il est impossible de considérer une procédure équitable. »

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page