NewsSports

Après des retards, Israël commence à vacciner les travailleurs palestiniens Danemark Pfizer Bande de Gaza Cogat Autorité palestinienne

Après des retards, Israël a commencé lundi à vacciner les Palestiniens qui travaillent à l’intérieur du pays et de ses colonies de Cisjordanie, plus de deux mois après avoir lancé une campagne de vaccination contre sa propre population.

Les travailleurs palestiniens qui sont entrés en Israël à plusieurs points de contrôle de Cisjordanie ont reçu leurs premières doses du vaccin Moderna des ambulanciers de Magen David Adom. La campagne de vaccination orchestrée par COGAT, l’agence militaire israélienne coordonnant les opérations gouvernementales en Cisjordanie, avait été assombrie par des reports.

Quelque 100 000 travailleurs palestiniens de Cisjordanie travaillent en Israël et dans ses colonies, qui sont largement considérées au niveau international comme illégales et comme un obstacle à la paix.

Le major général Kamil Abu Rukun, chef du COGAT, a déclaré dans un communiqué en arabe que les Israéliens et les Palestiniens «vivent dans le même espace épidémiologique» et qu’il était dans un intérêt commun de vacciner les Palestiniens.

Israël a administré plus de 8,7 millions de doses du vaccin Pfizer à sa population de 9,3 millions d’habitants. Plus de 3,7 millions d’Israéliens – plus de 40% – ont reçu deux doses du vaccin. Mais jusqu’à lundi, Israël avait fourni peu de vaccins aux Palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, une initiative qui a souligné les disparités mondiales et suscité les critiques internationales.

Les groupes de défense des droits de l’homme et de nombreux Palestiniens affirment qu’en tant que puissance occupante, Israël est responsable de la fourniture de vaccins aux Palestiniens. Israël affirme que dans le cadre des accords de paix intérimaires conclus dans les années 90, il n’a aucune obligation de ce type.

Les responsables israéliens ont déclaré que la priorité était de vacciner d’abord la propre population d’Israël, tandis que l’Autorité palestinienne a déclaré qu’elle obtiendrait ses propres vaccins grâce à un partenariat de l’Organisation mondiale de la santé avec des organisations humanitaires connues sous le nom de COVAX.

À ce jour, l’Autorité palestinienne a acquis suffisamment de doses de vaccin pour seulement 6 000 personnes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, qui abritent près de 5 millions de Palestiniens. Il a reçu 2 000 doses d’Israël et a acquis 10 000 autres doses d’un vaccin de fabrication russe. Chacun est administré en deux doses.

Israël a également annoncé son intention de partager les vaccins excédentaires avec des alliés éloignés en Afrique, en Europe et en Amérique latine, mais la décision a été gelée par des questions juridiques. Jeudi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré les dirigeants du Danemark et de l’Autriche et a déclaré que les trois pays uniraient leurs forces dans la lutte contre le COVID-19 avec un investissement dans la recherche et le déploiement de vaccins.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page