News

Le parti au pouvoir en Côte d’Ivoire remporte la majorité lors d’un vote parlementaire pacifique

Publié le:

Le parti au pouvoir en Côte d’Ivoire a remporté la majorité absolue au parlement, a annoncé mardi la commission électorale du pays, trois jours après qu’un vote pacifique a fait naître l’espoir que les récentes tensions violentes dans le pays étaient derrière.

La commission électorale de ce pays d’Afrique de l’Ouest a déclaré que le parti RHDP du président Alassane Ouattara avait remporté la majorité des sièges à l’Assemblée nationale, qui compte 255 sièges.

Le vote de samedi s’est déroulé pacifiquement et, pour la première fois en dix ans, a réuni tous les principaux acteurs politiques du pays, donnant l’espoir que la Côte d’Ivoire a commencé à émerger des récentes tensions violentes.

Il s’agissait d’un test clé de stabilité après les violences entourant le scrutin présidentiel d’octobre, boycotté par l’opposition et faisant 87 morts dans l’ancienne colonie française.

La principale opposition PDCI a cependant allégué des fraudes électorales, tandis que le parti FPI de l’ex-président Laurent Gbagbo avait appelé ses partisans à rester calmes et à attendre les résultats officiels.

“Le RHDP a réussi à faire basculer de nombreuses régions en sa faveur et il est en train d’acquérir le statut de parti national, au-delà de ses bastions traditionnels du nord du pays”, a déclaré à l’AFP le politologue Sylvain N’Guessan.

L’opposition PDCI, le parti de l’ex-président Henri Konan Bedie, “semble perdre son élan”, a-t-il dit, et semble sûr d’avoir moins de sièges que lors de la législature précédente.

Le retour du FPI de Gbagbo, ou Front populaire ivoirien, qui a participé après une décennie de boycott, “n’a eu une grande influence ni sur le score ni sur le taux de participation”, a déclaré N’Guessan.

‘Réconciliation nationale’

Le FPI avait boycotté tous les sondages depuis l’arrestation de Gbagbo en 2011 à Abidjan et son transfert à la Cour pénale internationale de La Haye.

Son arrestation fait suite aux violences qui ont suivi l’élection présidentielle de 2010 qui a fait 3 000 morts.

Gbagbo a été acquitté en janvier 2019 et vit maintenant à Bruxelles dans l’attente du résultat d’un appel, bien qu’il ait annoncé son intention de rentrer chez lui.

Ouattara a récemment tendu la main à son vieil ennemi dans une tentative de “réconciliation nationale” et a délivré à Gbagbo deux passeports, dont un laissez-passer diplomatique.

Le président de 79 ans a mis en colère les opposants l’année dernière lorsqu’il a annoncé qu’il briguerait un troisième mandat – un mouvement que les critiques ont déclaré avoir contourné les limites constitutionnelles.

Pour les élections législatives, le PDCI de Bedie a formé une alliance avec Ensemble pour la démocratie et la souveraineté, une coalition comprenant des partisans de Gbagbo et dominée par son FPI.

Les résultats des trois dernières circonscriptions étaient attendus mardi, notamment de la région de Yopougon à Abidjan, la plus grande du pays avec près de 500 000 électeurs sur un total de 7,4 millions.

Les résultats de Yopougon porteront un poids symbolique important, car il avait été dans le passé un bastion majeur de Gbagbo.

Le RHDP de Ouattara a déjà conquis plusieurs anciens bastions du PDCI, y compris dans la capitale Yamoussoukro.

(FRANCE 24 avec AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page