News

Mhlengi Gwala: Triathlète sur le chemin du retour après une attaque à la tronçonneuse

Gwala espère participer à une compétition dans les prochains mois

Il y a trois ans, Mhlengi Gwala était sur une course d’entraînement tôt le matin dans son Afrique du Sud natale. À l’époque, il était un triathlète professionnel.

Ce qui s’est passé ensuite est à peine croyable, principalement à cause de sa brutalité.

Trois hommes l’ont traîné dans des buissons sous la menace d’une arme et ont essayé de lui couper les jambes.

“Ils ont essayé de me couper la jambe … il ne restait que 20 pour cent sur ma jambe”, a déclaré Gwala.

«Les médecins, ils ont essayé de tout reconnecter. J’étais bien pendant un an. Ensuite, j’ai eu une infection qui était vraiment grave.

«J’étais à l’hôpital et en dehors. J’ai été admis cinq fois.

“La sixième fois, parce que la douleur était si forte et qu’elle gonflait et que l’infection augmentait peut-être, les médecins et moi avons décidé de nous amputer.”

Première fois sur une nouvelle étape

Après son attaque, Gwala avait espéré qu’il serait en mesure de concourir à nouveau en tant qu’athlète valide.

Mais ses blessures étaient trop difficiles à surmonter. Maintenant, il utilise une jambe prothétique.

«La première fois (j’ai porté la jambe prothétique), j’ai failli pleurer parce que c’était dur parce que la jambe ne rentrait pas dans la prothèse.

“Mais le temps passe et tu vas beaucoup mieux et maintenant je vais bien. Je peux porter mes prothèses, je peux courir dessus, je peux faire du vélo dessus donc c’est beaucoup plus facile maintenant. Il n’y a pas de douleur dans le moignon. Ça va si petit. . “

Les assaillants ont coupé les jambes de Gwala avec ce que l'on pense être une tronçonneuse émoussée
Les assaillants ont coupé les jambes de Gwala avec ce que l’on pense être une tronçonneuse émoussée

L’attaque a eu lieu à Durban, mais les auteurs n’ont jamais été retrouvés.

“Je vis toujours dans la peur”, a déclaré Gwala.

«Mais j’ai la conviction que les gens n’attaquent qu’une seule fois. S’ils échouent, ils s’enfuient.

“Ils n’ont jamais trouvé personne et l’affaire est toujours ouverte. Mais je ne leur appartiens pas, j’appartiens à Dieu.”

Malgré l’attaque, les rêves sportifs du joueur de 30 ans ne sont pas terminés.

Il veut concourir dans le sport para, mais fait face au défi des attelles de tibia, car une plus grande partie de sa charge lors du déplacement se déplace sur une seule jambe.

“Le triathlon est tellement différent parce que la plupart des courses se déroulent en Europe, et il est difficile pour nous d’y arriver”, a-t-il ajouté.

“Mais ce n’est pas dans mon esprit parce que je suis encore dans ma période de récupération.”

Bien que les Jeux paralympiques de cet été à Tokyo puissent arriver trop tôt pour Gwala, son espoir de représenter l’Afrique du Sud demeure.

“Si je n’atteins pas celui-ci, il y a encore plus de chances pour les Jeux du Commonwealth l’année prochaine – ce qui se passe au Royaume-Uni – et vous avez toujours les Jeux paralympiques de 2024 (à Paris).

“Donc si j’y arrive, ce serait un grand honneur. Mais je ne veux pas me mettre la pression, parce que j’essaie toujours de passer d’un corps normal à un handicap – alors j’essaie toujours de comprendre comment courir, comment faire du vélo.

“Je continue d’apprendre.”

La première course de Gwala en tant qu’amputé aura lieu aux championnats d’Afrique du Sud à Bloemfontaine le 21 mars. Après cela – en cas de succès – les Championnats d’Afrique en Égypte en juin seront sa première chance de gagner des points de qualification pour Tokyo.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page