HealthNews

137 personnes tuées au Niger lors d’une série d’attaques contre des villages le long de la frontière avec le Mali

NIAMEY, Niger – Des assaillants armés à moto ont tué 137 personnes lors de raids coordonnés dans des villages du sud-ouest du Niger dimanche, a déclaré le gouvernement, ce qui en fait l’un des jours les plus meurtriers de mémoire récente dans un pays ravagé par la violence islamiste.

Les assaillants non identifiés ont frappé dans l’après-midi, attaquant trois villages et autres hameaux de la région de Tahoua à la frontière du Mali, a annoncé lundi le gouvernement, révisant le bilan à partir d’une estimation précédente des autorités locales d’environ 60 tués.

«En ciblant systématiquement les civils, ces bandits armés atteignent un nouveau niveau d’horreur et de sauvagerie», a-t-il déclaré dans un communiqué, annonçant trois jours de deuil national.

Il n’a pas précisé qui, selon les autorités, était derrière les attaques, mais la violence survient dans un contexte de crise sécuritaire plus large dans la région du Sahel en Afrique de l’Ouest, alimentée par des militants liés à Al-Qaïda, à l’État islamique et aux milices ethniques.

Des assaillants non identifiés ont tué au moins 58 villageois dans la région voisine de Tillabéri lundi dernier.

Les attentats de dimanche ont eu lieu le jour même où la Cour constitutionnelle du Niger a déclaré Mohamed Bazoum vainqueur du second tour des élections présidentielles en février. M. Bazoum sera inauguré le 2 avril.

En janvier, 100 civils au Niger ont été tués lors d’attaques par des militants présumés, des hommes armés tirant sur des hommes et des garçons dans ce qui aurait été une attaque de vengeance contre les villages de Tchoma Bangou et Zaroumadareye à Tillabéri.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page