News

Mama Sarah, la grand-mère kenyane d’Obama, décède à 99 ans

Publié le:

Sarah Onyango Obama, la belle-grand-mère de l’ancien président américain Barack Obama, est décédée lundi dans un hôpital de l’ouest du Kenya, ont déclaré des proches. Elle avait au moins 99 ans.

Mama Sarah, comme l’appelait affectueusement la belle-grand-mère de l’ancien président américain, était une philanthrope qui faisait la promotion de l’éducation des filles et des orphelins.

Elle est décédée vers 4 heures du matin, heure locale, alors qu’elle était soignée à l’hôpital d’enseignement et de référence Jaramogi Oginga Odinga à Kisumu, la troisième plus grande ville du Kenya dans l’ouest du pays, selon sa fille Marsat Onyango.

“Il est vrai qu’elle est partie pour être avec le Seigneur”, a déclaré un Onyango ému aux journalistes.

Autrefois une simple paysanne, Sarah Obama a longtemps été surtout connue pour le porridge chaud et les beignets qu’elle servait dans une école locale.

Mais elle est devenue célèbre dans le monde avec l’élection en 2008 de son beau-petit-fils Barack, qui est devenu le premier président noir des États-Unis.

Elle était la troisième épouse du grand-père de l’ancien président américain et a aidé à élever son père, Barack Obama, Sr. La famille fait partie du groupe ethnique Luo du Kenya.

Fournir de la nourriture, une éducation aux orphelins

Pendant des décennies, Sarah Obama a aidé des orphelins, en élevant certains chez elle. La Fondation Mama Sarah Obama a aidé à fournir de la nourriture et une éducation aux enfants qui ont perdu leurs parents – en leur fournissant des fournitures scolaires, des uniformes, les besoins médicaux de base et les frais de scolarité.

On se souviendra d’elle pour son travail de promotion de l’éducation pour autonomiser les orphelins, a déclaré le gouverneur de Kisumu, Anyang Nyong’o, tout en offrant ses condoléances aux habitants du village de Kogelo pour avoir perdu une matriarche.

«C’était une philanthrope qui a mobilisé des fonds pour payer les frais de scolarité des orphelins», a-t-il déclaré.

Son célèbre petit-fils lui montrait souvent de l’affection et l’appelait «Granny» dans ses mémoires, «Dreams from My Father». Il a décrit sa rencontre lors de son voyage en 1988 dans la patrie de son père et leur maladresse initiale alors qu’ils luttaient pour communiquer, ce qui s’est transformé en un lien chaleureux.

Elle a assisté à sa première investiture en tant que présidente en 2009. Plus tard, Obama a de nouveau parlé de sa grand-mère dans son discours de septembre 2014 à l’Assemblée générale des Nations Unies.

‘J’adore l’éducation’

Dans une interview accordée à AP en 2014, elle a déclaré que même à l’âge adulte, des lettres arriveraient mais qu’elle ne pouvait pas les lire. Elle a dit qu’elle ne voulait pas que ses enfants soient analphabètes, alors elle a vu que tous les enfants de sa famille allaient à l’école.

Elle se souvient avoir pédalé le père du président à six miles (neuf kilomètres) à l’école à l’arrière de son vélo chaque jour du village natal de la famille de Kogelo à la plus grande ville de Ngiya pour s’assurer qu’il reçoive l’éducation qu’elle n’a jamais eue.

«J’adore l’éducation», a déclaré Sarah Obama, car les enfants «apprennent qu’ils peuvent être autonomes», en particulier les filles qui, trop souvent, n’avaient pas la possibilité d’aller à l’école.

«Si une femme reçoit une éducation, elle éduquera non seulement sa famille, mais éduquera tout le village», a-t-elle déclaré.

Les détails sur les préparatifs de son enterrement seront annoncés plus tard, a déclaré sa fille. Sarah Obama était musulmane et il n’est pas clair si elle sera enterrée selon les pratiques de sa foi qui dictent qu’elle devrait être enterrée dans les 24 heures suivant sa mort.

(FRANCE 24 avec AP et AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page