News

La Côte d’Ivoire attend la décision critique de la CPI sur l’acquittement de Gbagbo

Publié le:

La Cour pénale internationale se prononcera mercredi sur l’opportunité de confirmer l’acquittement de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, premier chef d’État à être jugé devant le tribunal.

Gbagbo, 75 ans, et son ancien leader de la jeunesse Charles Ble Goude ont été innocentés des crimes contre l’humanité en 2019 suite à une vague de violence post-électorale dans ce pays d’Afrique de l’Ouest il y a plus de dix ans.

L’accusation a fait appel de l’acquittement et souhaite un nouveau procès pour l’effusion de sang, lorsque plus de 3000 personnes ont été tuées après que Gbagbo ait contesté les résultats du vote de 2010.

Gbagbo a refusé de céder le pouvoir à Alassane Ouattara, l’actuel président, mais les troupes françaises sont finalement intervenues et les loyalistes de Ouattara ont chassé Gbagbo de son bunker.

Il a ensuite été envoyé en 2011 à la CPI à La Haye.

Le jugement sera lu à 15 heures (13 h 00 GMT) par la chambre d’appel de la Cour basée à La Haye, dirigée par l’ancien président de la CPI, Chile Eboe-Osuji, et incluant son actuel chef Piotr Hofmanski, a déclaré la CPI dans un communiqué.

Gbagbo vit à Bruxelles dans l’attente de la décision de mercredi mais prévoit de rentrer chez lui si cela se passe, grâce à une branche d’olivier offerte par son ancien rival.

Il n’a pas encore été confirmé si Gbagbo et Blé Goudé seraient au tribunal pour la décision ou y assisteraient par vidéoconférence en raison des restrictions relatives aux coronavirus, a déclaré un porte-parole de la CPI à l’AFP.

Le verdict sera surveillé de près en Côte d’Ivoire, où l’ombre de Gbagbo plane toujours sur une nation qui reste embourbée dans une crise politique.

Gbagbo a été président de 2000 à 2010, une période de troubles dans le premier producteur mondial de cacao, autrefois un havre de paix et de prospérité en Afrique de l’Ouest en difficulté.

Décision “ ternie ”

Son vieil ennemi Ouattara a déclenché de nouveaux troubles l’année dernière lorsqu’il a annoncé qu’il chercherait un troisième mandat, une décision qui, selon les critiques, a contourné les limites constitutionnelles.

Les affrontements ont fait 87 morts tandis que la plupart des opposants ont snobé le scrutin d’octobre que Ouattara a pourtant remporté par un glissement de terrain.

Mais après que Ouattara a offert de donner des passeports à Gbagbo pour faciliter son retour, le parti du Front populaire ivoirien (FPI) de Gbagbo a mis fin à un boycott électoral de plusieurs années.

Le dossier de l’accusation de la CPI contre l’acquittement de Gbagbo se concentre sur ce qu’il qualifie d’erreur de procédure, lorsque les juges en 2019 n’ont pas rendu un jugement écrit approprié mais ont rendu la décision oralement.

L’avocat de l’accusation, Helen Brady, a déclaré lors d’une audience qu’il ne s’agissait “pas d’une irrégularité procédurale anodine” mais avait “terni l’essence même” de la décision.

L’accusation a insisté sur le fait qu’elle avait présenté des éléments de preuve clés avec 4 610 documents et 96 témoins interrogés au cours du procès.

L’arrêt est quant à lui essentiel pour la crédibilité de la Cour pénale internationale après une série d’échecs et de controverses très médiatisés.

Le procureur sortant de la CPI, Fatou Bensouda, a subi une série de revers, notamment l’affaire Gbagbo et l’acquittement en appel de l’ancien vice-président de la RD Congo Jean-Pierre Bemba.

Le président kényan Uhuru Kenyatta a également vu les accusations de crimes contre l’humanité pour effusion de sang électorale abandonnées par Bensouda.

La CPI est le seul tribunal permanent pour les crimes de guerre au monde, créé en 2002 pour juger les pires infractions au monde.

Mais il a été critiqué pour s’être largement concentré sur les suspects africains à ce jour, tandis qu’une enquête sur les territoires palestiniens a mis en colère Israël et les États-Unis.

Bensouda fait également l’objet de sanctions américaines après avoir lancé une enquête sur les crimes de guerre commis par les troupes américaines en Afghanistan.

(FRANCE 24 avec AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page