News

Les ministres des Affaires étrangères du G7 appellent au retrait “ rapide ” des troupes érythréennes du Tigré

Publié le:

Vendredi, le groupe des principales puissances économiques du G7 a appelé à un retrait «rapide, inconditionnel et vérifiable» des troupes érythréennes de la région du Tigray, au nord de l’Éthiopie.

“Nous nous félicitons de l’annonce récente du Premier ministre Abiy selon laquelle les forces érythréennes se retireront du Tigré”, ont déclaré les ministres des Affaires étrangères du G7 dans un communiqué publié à Berlin, faisant référence au dirigeant éthiopien Abiy Ahmed.

«Ce processus doit être rapide, inconditionnel et vérifiable.»

Les ministres ont appelé à «la fin de la violence et la mise en place d’un processus politique inclusif clair et acceptable pour tous les Éthiopiens, y compris ceux du Tigré».

Le communiqué du G7 a déclaré que le processus devait conduire à des élections crédibles et à un processus de réconciliation nationale plus large.

Abiy a envoyé des troupes au Tigré en novembre pour arrêter et désarmer les dirigeants du parti régional autrefois dominant, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF).

Il a déclaré que cette décision était venue en réponse aux attaques orchestrées par le TPLF contre les camps de l’armée fédérale.

Pendant des mois, les deux pays ont nié que des troupes d’Érythrée se trouvaient au Tigré, contredisant les récits de résidents, de travailleurs humanitaires, de diplomates et même de certains responsables éthiopiens.

Au milieu de la pression internationale croissante, Abiy a déclaré la semaine dernière que les troupes érythréennes se retireraient du Tigré.

Mais le chef par intérim de la région, Mulu Nega, a déclaré cette semaine à l’AFP que le retrait était «un processus» et ne se produirait pas immédiatement.

Les pays du G7 se sont également déclarés «fortement préoccupés» par les récentes informations faisant état de violations des droits au Tigray.

«Toutes les parties doivent faire preuve de la plus grande retenue, garantir la protection des civils et respecter les droits de l’homme et le droit international», ont-ils déclaré.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page