News

La France “ porte une responsabilité importante ” dans le génocide rwandais, selon un rapport américain

Publié le:

La France “porte une responsabilité significative” pour avoir permis le génocide au Rwanda et refuse toujours de reconnaître son véritable rôle dans l’horreur de 1994, a déclaré un rapport commandé par Kigali qui a été publié lundi.

Le rapport accablant, commandé en 2017 et comptant près de 600 pages, qualifie la France de “collaboratrice” du régime extrémiste hutu qui a orchestré le pogrom de quelque 800000 personnes, et rejette catégoriquement la position selon laquelle Paris était aveugle à son programme génocidaire.

L’enquête de plusieurs années menée par le cabinet d’avocats américain Levy Firestone Muse a déclaré que la France savait qu’un génocide allait se produire mais restait “inébranlable dans son soutien” à ses alliés rwandais, même lorsque l’extermination prévue de la minorité tutsie était claire.

“Nous concluons que le gouvernement français porte une responsabilité importante pour permettre un génocide prévisible”, déclare le rapport Muse, qui s’appuie sur des millions de pages de documents et d’entretiens avec plus de 250 témoins.

Il n’a cependant trouvé aucune preuve que des fonctionnaires ou du personnel français aient participé directement au meurtre de Tutsis.

La France a longtemps été accusée de ne pas en faire assez pour arrêter les massacres, et les rapports Muse font suite à la publication le mois dernier d’une enquête distincte sur les mêmes événements commandée par le président français Emmanuel Macron.

La Commission Duclert, du nom de l’historien à la tête de cette enquête, a conclu que la France portait “des responsabilités écrasantes” dans le génocide et a reconnu un “échec” de sa part, mais aucune complicité dans les meurtres.

Mais le rapport Muse affirme une plus grande culpabilité française, affirmant que la Commission Duclert s’est abstenue d’expliquer ce dont la France était responsable et a commis une erreur en concluant que Paris “restait aveugle” au génocide imminent.

“Le gouvernement français n’était ni aveugle ni inconscient du génocide prévisible”, indique le rapport.

Plus d’un quart de siècle sur la question empoisonne encore les relations entre la France et le Rwanda sous le président Paul Kagame, un ancien rebelle tutsi qui dirige la nation montagneuse de la région des Grands Lacs en Afrique depuis les séquelles du génocide.

‘Collaborateur indispensable’

Le génocide d’avril à juillet 1994 a commencé après que le président hutu du Rwanda, Juvénal Habyarimana, avec qui Paris entretenait des liens étroits, a été tué lorsque son avion a été abattu au-dessus de Kigali le 6 avril.

En quelques heures, des milices extrémistes hutues ont commencé à massacrer les Tutsis et certains Hutus modérés, avec une ampleur et une brutalité qui ont choqué le monde.

Les victimes ont été abattues à coups de machette, abattues ou massacrées alors qu’elles cherchaient refuge dans des églises et des écoles, alors que les violences sexuelles étaient monnaie courante.

Le rapport Muse a déclaré que personne ne travaillait plus étroitement avec Habyarimana que la France sous le chef de l’époque, François Mitterrand, qui était le plus à blâmer pour «l’habilitation téméraire» du régime radical hutu alors qu’il se préparait au génocide.

La France a fourni un soutien militaire et politique essentiel au régime pour protéger ses propres intérêts stratégiques en Afrique, selon le rapport, et a ignoré les avertissements internes d’un massacre imminent alors même que la rhétorique haineuse et la violence contre les Tutsi ont explosé.

“Seul le gouvernement français a été un collaborateur indispensable dans la construction des institutions qui deviendraient les instruments du génocide. Aucun autre gouvernement étranger ne connaissait à la fois les dangers posés par les extrémistes rwandais et a permis à ces extrémistes …”, indique le rapport.

“Le rôle du gouvernement français était singulier. Et pourtant, il n’a pas encore reconnu ce rôle ou l’a expié.”

Kagame a salué la récente Commission Duclert comme “une étape importante vers une compréhension commune de ce qui s’est passé”, mais a déclaré qu’un effort de plusieurs décennies de la France pour éviter la responsabilité avait causé “des dommages importants”.

Le rapport Muse a accusé la France de dissimuler des documents, d’entraver la justice et de répandre des mensonges sur le génocide dans une campagne délibérée pour “enterrer son passé au Rwanda”.

“La dissimulation se poursuit même jusqu’à présent”, ajoute le rapport, affirmant que les autorités françaises ont refusé de coopérer à leur enquête ou de remettre des documents critiques pertinents pour leur enquête.

Les Rwandais “ont observé pendant trop longtemps le gouvernement français éviter la vérité et ne pas reconnaître son rôle et sa responsabilité”, a-t-il déclaré.

Le 7 avril – 27e anniversaire du début du génocide – la France a ordonné l’ouverture d’archives clés concernant le travail de Mitterrand entre 1990 et 1994, y compris des télégrammes et des notes confidentielles qui étaient des sources dans l’enquête Duclert.

Le rapport Muse a noté que la divulgation récente de certains documents liés à la Commission Duclert suggérait “une évolution vers la transparence”.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page