News

Le président tchadien Idriss Deby réélu pour un sixième mandat avec 79,3% des voix

Publié le:

Le président tchadien au pouvoir depuis longtemps, Idriss Deby Itno, a été réélu pour un sixième mandat avec 79,32% des suffrages exprimés lors de l’élection du 11 avril, selon les résultats provisoires de la commission électorale de lundi.

Le chef vétéran du Tchad, Idriss Deby, a remporté un sixième mandat à la présidence, ont montré les résultats provisoires des élections lundi, alors que l’armée a déclaré qu’elle avait repoussé une colonne d’insurgés avançant sur la capitale N’Djaména.

Deby, 68 ans, a recueilli 79,3% des voix lors des élections du 11 avril après que les principaux dirigeants de l’opposition l’ont boycotté pour protester contre ses efforts pour prolonger ses 30 ans au pouvoir.

Deby a pris le pouvoir lors d’une rébellion armée en 1990. Il est l’un des plus anciens dirigeants d’Afrique et un proche allié des puissances occidentales combattant les militants islamistes en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Mais il a fait face à des insurrections répétées dans le nord du désert et fait également face au mécontentement croissant du public à propos de sa gestion des richesses pétrolières et de la répression des opposants.

Le groupe rebelle Front for Change and Concord in Chad (FACT), basé de l’autre côté de la frontière nord avec la Libye, a fait une percée vers le sud après avoir attaqué un poste frontière le jour du scrutin et appelé à la fin de la présidence de Deby.

Mais il semble avoir subi un net revers au cours du week-end.

Le porte-parole de l’armée tchadienne, Azem Bermendao Agouna, a déclaré à Reuters que les troupes de l’armée avaient tué plus de 300 insurgés et en avaient capturé 150 samedi dans la province du Kanem, à environ 300 km de N’Djamena. Cinq soldats du gouvernement ont été tués et 36 blessés, a-t-il dit.

Reuters n’a pas été en mesure de vérifier indépendamment le nombre de victimes ou d’atteindre les insurgés. Le chef des rebelles, Mahamat Mahadi Ali, a déclaré lundi à Radio France Internationale (RFI) que ses forces avaient effectué “une retraite stratégique”.

La télévision nationale tchadienne a diffusé dimanche des images de véhicules incendiés et d’un petit nombre de cadavres saupoudrés de sable. Une foule de soldats a applaudi à côté de ce que la télévision d’État a déclaré être des dizaines de combattants rebelles capturés, assis les mains liées dans le dos.

Les troubles ont sonné l’alarme parmi les pays occidentaux qui ont vu Deby comme un allié dans la lutte contre les groupes extrémistes islamistes, notamment Boko Haram dans le bassin du lac Tchad et les groupes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique au Sahel.

Les États-Unis ont ordonné à tout le personnel non essentiel de leur ambassade de quitter le pays samedi. Le gouvernement britannique avait exhorté ses citoyens à partir la veille.

(FRANCE 24 avec l’AFP et REUTERS)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page