Sports

Tokyo 2020: les inquiétudes de Tegla Loroupe sur l’équipe olympique des réfugiés

Le président du Comité international olympique Thomas Bach (à gauche) a invité l’ancienne détentrice du record du monde de marathon du Kenya, Tegla Loroupe, à diriger l’équipe de réfugiés aux Jeux de Tokyo

Tegla Loroupe, chef de mission de l’équipe olympique des réfugiés, a déclaré que les athlètes qui ont décidé de rester en Europe plutôt que de retourner au camp d’entraînement au Kenya «ne peuvent» pas concourir à Tokyo cette année.

Cependant, les athlètes du Soudan du Sud espèrent toujours qu’une solution pourra être trouvée pour leur permettre de participer aux Jeux retardés.

L’ancienne détentrice du record du monde de marathon, Loroupe, est également préoccupée par l’image du projet après que les athlètes ont décidé de repartir à neuf en Europe.

La Kényane Loroupe prendra à nouveau en charge l’équipe de réfugiés composée de concurrents du monde entier qui participeront à divers sports à Tokyo après avoir dirigé une équipe similaire aux Jeux de 2016.

“Les athlètes qui sont restés en Europe, nous nous sentons tellement mal”, a déclaré Loroupe à BBC Sport Africa.

“Ils ne peuvent pas aller [to Tokyo2020] parce que si vous leur donnez la possibilité de participer aux Jeux olympiques, vous encouragez plus de gens à faire de mauvaises choses. “

“Ce qu’ils ont fait a empêché d’autres athlètes d’obtenir des visas, parce que maintenant personne ne fait confiance aux autres réfugiés. Ils ne voient pas qu’ils laissent une très mauvaise image. Ils tuent la confiance.”

Aux Jeux olympiques de Rio, l’équipe de réfugiés était composée de 10 athlètes (cinq originaires du Sud-Soudan, un d’Éthiopie et deux chacun de la RD Congo et de la Syrie) participant à des compétitions d’athlétisme, de judo et de natation.

Loroupe affirme qu’approuver les athlètes qui ont quitté le Kenya pour l’Europe en les sélectionnant l’équipe de réfugiés se rendant à Tokyo pourrait également nuire à l’avenir du projet, en particulier pour les concurrents africains.

“Nous pourrions perdre certains des partenaires, ce qui n’est pas bon pour le projet et les athlètes à venir”, a-t-elle souligné.

“Le gouvernement et les ambassades sont également des partenaires, c’est comme si vous jouiez simplement avec le soutien de la nation.”

Les sponsors du projet de l’équipe de réfugiés comprennent le Comité international olympique, la Commission des droits de l’homme des Nations Unies (HCR) et les gouvernements de la France, du Kenya et du Qatar.

Toujours plein d’espoir

Gai Nyang
Gai Nyang a décidé de rester en Allemagne plutôt que de retourner au camp d’entraînement de réfugiés au Kenya

L’un des athlètes qui a choisi un nouveau départ est le coureur de 800 mètres Gai Nyang et il espère toujours gagner une place dans l’équipe des réfugiés pour Tokyo.

“Je veux une solution à l’impasse qui fonctionne pour les réfugiés qui y vivent, le peuple kenyan et le gouvernement kényan”, a-t-il déclaré à BBC Sport Africa.

“Je peux courir 800 mètres en 1,48 maintenant, ce qui est à seulement trois secondes de la classe mondiale. Les athlètes du camp de l’équipe de réfugiés ne se font jamais dire qu’ils doivent faire un temps officiel (de qualification), juste pour ‘aller plus vite’ pour avoir une chance de gagner une machine à sous Jeux.

“Le rêve de tous les athlètes de l’équipe de réfugiés n’est pas seulement d’aller aux Jeux olympiques, mais de se qualifier en atteignant les normes exigées des athlètes réguliers. Puis d’avoir une vie au-delà de cela.”

L’homme de 29 ans a expliqué qu’il avait décidé de rester en Allemagne après avoir lu que des compatriotes avaient été kidnappés dans la capitale kényane Nairobi et que certains d’entre eux avaient été rapatriés de force au Soudan du Sud.

Loroupe ne pense cependant pas que les athlètes sud-soudanais aient quoi que ce soit à craindre de rester au camp d’entraînement de Ngong près de Nairobi ou même de rentrer chez eux.

Nyang dit qu’il “sera toujours reconnaissant au Kenya de m’avoir accueilli” mais souhaite une plus grande prise de conscience du fait que le statut des réfugiés n’est pas sûr dans le pays où il a tenté de s’installer.

L'équipe olympique des réfugiés aux Jeux de 2016 à Rio
L’équipe olympique des réfugiés a fait sa première apparition aux Jeux de 2016 à Rio

«Être réfugié signifie différentes choses dans différents pays et au Kenya, il n’y a pas de« contrat »qui stipule qu’une fois que vous y êtes depuis un certain temps, vous pouvez devenir citoyen», a-t-il souligné.

«J’espère être un jour un citoyen allemand, pas toujours un réfugié quelque part.

“Ici, en Allemagne, je peux parler librement du président du Soudan du Sud, mais je ne me sentais pas en sécurité au Kenya. J’ai pris la décision de sauver ma vie avant qu’il ne soit trop tard.”

D’autres athlètes repérés par Loroupe depuis l’immense camp de réfugiés de Kakuma près de chez elle, à la frontière avec le Soudan du Sud, sont partis respectivement pour la Suisse et le Royaume-Uni.

La décision des athlètes de rester à l’écart du Kenya a laissé la Loroupe déçue car elle affirme que sa plus grande fierté n’a pas été en tant qu’athlète mais d’être “l’une des premières dans le sport à reconnaître le sort des réfugiés”.

Elle pense également que le projet de l’équipe de réfugiés peut “produire des leaders” pour les pays en proie à des conflits.

Bien que ces athlètes aient décidé de ne pas retourner au Kenya, ceux qui sont restés ont encore une chance de rejoindre l’équipe de la Loroupe en direction de Tokyo en juillet.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page