NewsSports

Le Malawi brûle 20000 doses d’AstraZeneca expirées malgré les appels AstraZeneca Union africaine Afrique Afrique Malawi

Le Malawi a brûlé près de 20 000 doses de vaccins AstraZeneca périmés, défiant les appels à ne pas le faire de l’Organisation mondiale de la santé et des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

Le ministre de la Santé du Malawi, Khumbize Kandodo Chiponda, a présidé l’incinération mercredi à l’hôpital central de Kamuzu à Lilongwe, la capitale.

«Nous détruisons (ces vaccins) parce qu’en tant que politique gouvernementale, aucun produit de santé périmé ne doit être utilisé», a-t-elle déclaré. «Historiquement, dans le cadre du programme de vaccination élargi du Malawi, aucun vaccin périmé n’a jamais été utilisé.»

Elle a déclaré que le fait de brûler les vaccins empêcherait ceux qui ont une perception négative des vaccins d’utiliser l’excuse des vaccins périmés pour se faire vacciner.

«Nous détruisons publiquement afin de rendre des comptes aux Malawites. Les vaccins qui ont expiré ne sont pas utilisés pendant la campagne de vaccination “, a-t-elle déclaré.” Au nom du gouvernement, j’assure à tous les Malawiens que personne ne recevra un vaccin COVID expiré. “

Les vaccins brûlés représentaient le reste des 102 000 doses qui sont arrivées au Malawi le 26 mars avec seulement 18 jours avant leur expiration le 13 avril. Toutes les autres doses de l’envoi, données par l’Union africaine, ont été administrées avec succès, a-t-elle déclaré.

Le ministre de la Santé a remercié l’OMS, l’Union africaine et l’Inde pour leur don de vaccins.

«Cela a permis au Malawi de se lancer dans la campagne de vaccination COVID actuellement en cours», a-t-elle déclaré, sans évoquer les appels de l’OMS à ne pas brûler les vaccins.

Les appels à ne pas détruire les vaccins sont arrivés trop tard pour le Malawi, un petit pays d’Afrique australe d’environ 20 millions d’habitants, a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé Joshua Malango à l’Associated Press.

«Nous avions arrêté l’observation des mécanismes de stockage appropriés et les vaccins auraient encore été endommagés d’une manière ou d’une autre», a-t-il déclaré.

La destruction des vaccins a été observée par plusieurs hauts responsables “afin d’améliorer la transparence”, a déclaré le secrétaire à la Santé Charles Mwansambo.

Le Malawi aura toujours des stocks adéquats de vaccins COVID-19 dans les établissements de santé publics et privés, a-t-il déclaré. Le gouvernement n’a pas dit où il obtiendrait plus de vaccins.

Le Malawi a reçu son premier envoi de 360 ​​000 doses d’AstraZeneca début mars dans le cadre de l’initiative COVAX soutenue par l’ONU, qui fournit des vaccins aux pays à revenu faible ou intermédiaire. Le pays a reçu un autre lot de 50 000 doses d’AstraZeneca du gouvernement indien. Avec le don de l’UA, le Malawi a reçu un total de 512 000 doses d’AstraZeneca.

Jusqu’à présent, 212 615 doses ont été administrées au Malawi. Le pays compte 34 216 cas confirmés, dont 1 153 décès, selon le CDC africain.

Actuellement, le pays connaît une diminution de la maladie, la moyenne mobile sur 7 jours des nouveaux cas quotidiens au Malawi passant de 0,07 nouveau cas pour 100 000 habitants le 4 mai à 0,04 nouveau cas pour 100 000 habitants le 18 mai. Les COVID-19 sont également en baisse, selon les statistiques de l’Université Johns Hopkins.

Le Malawi, comme de nombreux autres pays africains, s’est appuyé sur le vaccin AstraZeneca qui a été distribué par COVAX et l’Union africaine. Mais maintenant, les approvisionnements en vaccin sont devenus plus rares parce que l’Inde, principal fournisseur de vaccins de COVAX, a arrêté ses exportations jusqu’à ce qu’elle ait correctement vacciné un grand nombre de sa population de 1,4 milliard de personnes.

L’Institut indien du sérum a déclaré qu’il espère commencer à fournir des vaccins contre le coronavirus à COVAX et à d’autres pays d’ici la fin de l’année. Ce retard ralentira considérablement les efforts mondiaux pour vacciner les gens contre le COVID-19. L’Institut indien du sérum est le plus grand fabricant de vaccins au monde. La société a déclaré en mars qu’elle reportait toutes les exportations de vaccins contre le coronavirus pour faire face à la flambée explosive de cas sur le sous-continent. À l’époque, l’Organisation mondiale de la santé avait déclaré qu’elle s’attendait à ce que les livraisons de vaccin COVID-19 en provenance de l’Inde reprennent d’ici juin et que l’interruption affecterait environ 90 millions de doses.

___

Suivez davantage la couverture pandémique d’AP sur https://apnews.com/hub/coronavirus-pandemic et https://apnews.com/hub/coronavirus-vaccine

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page