News

Le Goma de la RD Congo a déserté après que des scientifiques ont averti que le volcan pourrait à nouveau entrer en éruption

Publié le:

La ville de Goma, dans l’est de la RDC, était presque déserte vendredi après que les habitants se soient enfuis suite à un avertissement selon lequel le volcan du mont Nyiragongo pourrait à nouveau éclater.

Goma, située sur les rives du lac Kivu, est au bord de l’éruption du volcan le plus actif d’Afrique samedi, faisant 32 morts.

Les scientifiques surveillant le volcan ont mis en garde contre un scénario potentiellement catastrophique – une “éruption limnique” qui pourrait étouffer la zone avec du dioxyde de carbone suffocant.

La ville était calme tôt vendredi, avec tous les magasins fermés et juste une poignée de personnes dans les rues.

Des agents de sécurité ont été vus déployés autour des manoirs locaux, les fenêtres fermées, sur les rives du lac Kivu.

Un journaliste de l’AFP a déclaré que les répliques dans la ville avaient diminué du jour au lendemain.

Certaines familles ont quitté la ville à pied, tandis que d’autres ont marchandé avec des chauffeurs de moto-taxi pour les faire sortir. Des dizaines de milliers de personnes ont quitté Goma jeudi.

Les experts effectuaient une évaluation des risques au sommet du volcan, a déclaré le gouvernement.

Le général Constant Ndima, le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu, a ordonné l’évacuation d’une partie de la ville de plus de 600 000 habitants.

“Pour le moment, nous ne pouvons pas exclure une éruption sur terre ou sous le lac, qui pourrait se produire très bientôt et sans avertissement”, a-t-il déclaré.

Les autorités avaient organisé le transport vers Sake, à environ 20 kilomètres à l’ouest de Goma, a-t-il ajouté.

Bien que des dizaines de milliers de personnes aient fui Goma après l’éruption du Nyiragongo samedi soir, beaucoup sont rentrées par la suite.

Mais de fortes répliques ont continué de secouer la ville, provoquant l’effondrement de certains bâtiments et laissant les habitants craintifs.

Le volcan a craché deux rivières de roche fondue lors de l’éruption, dont l’une est venue s’arrêter au bord de Goma après avoir effacé des villages dans son sillage.

L’agence humanitaire des Nations Unies OCHA a déclaré que plus de 4 500 maisons avaient été détruites, affectant quelque 20 000 personnes.

Les volcanologues locaux ont enregistré des centaines de répliques depuis que Nyiragongo, qui se trouve à seulement une douzaine de kilomètres (huit miles) de Goma, est revenu à la vie. Un soi-disant strato-volcan de près de 3500 mètres de haut, le Nyiragongo chevauche la fracture tectonique du Rift est-africain.

Sa dernière éruption majeure, en 2002, a fait une centaine de morts.

L’éruption la plus meurtrière jamais enregistrée a tué plus de 600 personnes en 1977.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page