Sports

La Turquie prétend avoir “ capturé ” un proche d’un clerc au Kenya

ISTANBUL – Le service de renseignement turc affirme avoir «capturé» un citoyen turc accusé de liens avec un religieux qui aurait orchestré un coup d’État manqué, et l’a emmené de son domicile au Kenya en Turquie, a rapporté lundi l’agence de presse officielle Anadolu.

L’homme, Selahaddin Gulen, serait le neveu de Fethullah Gulen, un prédicateur islamique basé aux États-Unis qui est accusé d’avoir orchestré à nouveau un coup d’État du président Recep Tayyip Erdogan en 2016.

M. Erdogan a fait face à la tentative de coup d’État et a sévèrement réprimé par la suite, imposant un état d’urgence pendant deux ans, détenant 100 000 personnes et expulsant 150 000 fonctionnaires de leurs emplois.

Plus de 8 000 militaires ont été poursuivis pour leur participation à l’insurrection.

À l’étranger, la répression a entraîné la restitution forcée de 100 ou plus de partisans de Gülen et la fermeture de dizaines d’écoles dirigées par son mouvement.

Des enseignants et des administrateurs de certaines écoles ont été extradés ou expulsés avec la coopération de certains pays, mais la Turquie a également été empêchée de transporter un éducateur turc de Mongolie en 2018.

Les responsables turcs ont fait pression sur des pays, dont le Kenya, pour qu’ils ferment les écoles privées soutenues par Gulen, qui se trouvent dans les grandes villes comme Nairobi et Mombasa. Bien que le gouvernement kenyan n’ait pas fermé les écoles, la pression était révélatrice de l’influence de M. Erdogan et jusqu’où il irait pour briser le mouvement Gulen.

Les relations entre le Kenya et la Turquie se sont renforcées au cours de la dernière décennie, les deux pays signant des accords de sécurité et de coopération technique. En 2020, le volume des échanges entre les deux pays est passé à 251 millions de dollars, selon le ministère turc des Affaires étrangères.

M. Gulen vivait au Kenya et menait une bataille juridique pour éviter la déportation par le gouvernement kenyan.

Il a disparu il y a plusieurs semaines, alors même que son affaire judiciaire était toujours devant les tribunaux.

Ce n’était pas la première fois que les agences de sécurité turques arrêtaient une figure de l’opposition au Kenya. En 1999, les services de renseignement turcs, avec l’aide d’agents de sécurité américains et kényans, ont capturé le chef rebelle kurde Abdullah Ocalan et l’ont ramené en Turquie.

Le rôle joué par le Kenya, le cas échéant, dans la capture de M. Gulen n’était pas clair.

Dans un vidéo partagée en ligne, sa femme, Seriyye Gulen, a déclaré qu’elle vivait au Kenya depuis novembre dernier et qu’elle avait vu son mari pour la dernière fois le 3 mai. Elle pensait qu’il avait été «enlevé et emmené en Turquie le 5 mai».

Citant des sources de sécurité, l’agence de presse Anadolu a déclaré que l’Organisation nationale turque du renseignement, le MIT, avait capturé M. Gulen à l’étranger et l’avait amené en Turquie. Le rapport indiquait que M. Gulen était lié à des membres du mouvement FETO. FETO est un acronyme pour le mouvement Gulen utilisé par le gouvernement turc.

L’agence de presse n’a fourni aucun autre détail, bien que M. Erdogan ait déclaré le 19 mai que la Turquie avait capturé un membre éminent du mouvement Gulen.

«Bientôt, nous annoncerons également un nom important de l’équipe FETO», a déclaré M. Erdogan, s’adressant aux jeunes lors de la Journée nationale de la jeunesse et des sports en Turquie. «Il est entre nos mains en ce moment. ”

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page