News

Les autorités nigérianes refusent de payer une rançon pour les écoliers kidnappés

Publié le:

Les autorités nigérianes ont déclaré mardi qu’environ 200 enfants avaient été saisis lors du dernier enlèvement d’une école dans son nord violent, mais elles ont exclu d’assurer leur liberté en payant une rançon.

La police tentait de suivre l’itinéraire que les ravisseurs avaient emprunté avec les enfants, qui ont été arrêtés dimanche lors d’un raid dans une école islamique dans l’État du centre-nord du Niger, a déclaré à Reuters un responsable du gouvernement local.

Un avion de guerre survolait également la zone pour essayer de les repérer, a déclaré le responsable.

Des hommes armés à moto ont attaqué la ville de Tegina dimanche après-midi. Une personne a été abattue au cours de l’attaque et une deuxième personne a été grièvement blessée. Les autorités locales évaluent le nombre d’étudiants enlevés à environ 200.

Le vice-gouverneur Ahmed Mohammed Ketso a déclaré aux journalistes que le gouvernement de l’État poursuivait les ravisseurs et que des efforts étaient faits pour les identifier.

“Nous ne payons pas de rançon aux ravisseurs. Nous essayons de négocier pour voir comment nous pouvons les ramener en toute sécurité”, a-t-il déclaré.

Plus de 700 étudiants ont été enlevés contre rançon depuis décembre par des groupes armés après des raids contre des écoles et des universités dans le nord du Nigéria. Le gouvernement refuse de payer des rançons, mais on pense généralement qu’il l’a fait.

Le président Muhammadu Buhari a condamné mardi l’enlèvement lors d’un briefing sur l’incident et a exhorté les agences de sécurité à obtenir la libération immédiate des enfants.

Des policiers ont été affectés dans les écoles de la région en tant que mesure de sécurité renforcée, a déclaré Ketso.

(REUTERS)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page