News

Le nombre de morts dépasse les 80 dans l’attaque de sept villages dans le nord-ouest du Nigeria

Publié le:

La police de l’Etat de Kebbi (nord-ouest du Nigeria) a indiqué dimanche à l’AFP que le bilan de l’attaque d’un gang de voleurs de bétail contre sept villages jeudi était passé à 88.

La région est aux prises avec des affrontements communautaires qui durent depuis des décennies au sujet des ressources, mais plus récemment, certains groupes sont devenus plus violents, pillant, tuant et kidnappant contre rançon.

“Au départ, 66 corps ont été retrouvés, mais 22 autres ont été retrouvés”, a déclaré le porte-parole de la police de l’Etat de Kebbi, Nafiu Abubakar, ajoutant que la recherche de nouveaux corps était en cours.

Des dizaines d’assaillants à moto ont attaqué jeudi sept villages voisins dans le district de Danko-Wasagu, a indiqué Abubakar.

Les hommes armés ont visé les villages de Koro, Kimpi, Gaya, Dimi, Zutu, Rafin Gora et Iguenge, a-t-il déclaré.

De nombreuses personnes étaient toujours portées disparues dimanche après avoir fui les attaques.

“Les recherches se poursuivent et d’autres corps pourraient être retrouvés. Le bilan n’est donc pas encore concluant”, a déclaré Abubakar.

Des policiers ont été déployés dans la région au cours du week-end pour prévenir de nouvelles attaques, a-t-il déclaré.

Les assaillants auraient lancé les attaques depuis les États voisins de Zamfara ou du Niger, où des criminels sont connus pour maintenir des camps.

En avril, neuf policiers ont été tués dans la région lors d’une fusillade avec des hommes armés qui ont envahi un village du district voisin de Sakaba pour voler du bétail, a déclaré Abubakar à l’AFP à l’époque.

Les forces de sécurité se sont étirées

Le nord-ouest et le centre du Nigeria sont une plaque tournante de gangs criminels connus localement sous le nom de bandits, qui pillent les villages, harcèlent les habitants et incendient les maisons.

Les gangs maintiennent des camps dans la forêt de Rugu qui chevauche les États de Zamfara, Katsina, Kaduna et Niger.

Les forces de sécurité nigérianes, qui luttent également contre une insurrection djihadiste qui dure depuis plus d’une décennie dans le nord-est du pays, sont à bout de souffle.

Des gangs dans le nord-ouest ont récemment intensifié leurs attaques contre des écoles, kidnappant des centaines d’étudiants pour obtenir des rançons auprès des autorités et des parents.

Plus de 700 enfants et étudiants ont déjà été kidnappés par des hommes armés contre rançon depuis décembre, souvent dans des écoles situées dans des zones reculées, où les élèves vivent dans des dortoirs avec peu de protection de sécurité.

>> Cibles de rançon : indignation au Nigeria face à la vague d’enlèvements dans les écoles

Les autorités de l’Etat du Niger ont déclaré qu’elles négociaient avec des hommes armés qui ont saisi 136 enfants dans un séminaire islamique le week-end dernier.

Les assaillants ont libéré 11 des élèves qui étaient « trop petits et ne pouvaient pas marcher » très loin, ont précédemment déclaré les autorités.

Près de 700 000 personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays dans le nord-ouest et le centre-nord du Nigeria en février, selon l’agence des Nations Unies pour les migrations, l’OIM, en raison des violences.

À Zamfara, Médecins sans frontières (MSF) a déclaré avoir du mal à répondre aux besoins croissants.

Entre janvier et avril, MSF a déclaré avoir traité 10 300 enfants à Zamfara pour malnutrition aiguë sévère, rougeole, paludisme et autres affections.

« C’est 54 % de plus qu’à la même période l’année dernière », a déclaré un médecin de MSF, Godwin Emudanohwo.

“Les gens ici ont besoin de nourriture, d’eau potable et de vaccins maintenant”, a déclaré Emudanohwo dans un communiqué.

“Ce qui se passe ici est une urgence humanitaire qui nécessite une attention urgente et une réponse rapide et appropriée”, a déclaré Froukje Pelsma, chef de mission MSF au Nigeria.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page