NewsSports

Les travaux sur le camp de migrants grecs n’ont pas encore commencé 9 mois après l’incendie Moyen-Orient Lesbos Grèce Chios Afrique

Près de 9 mois après qu’un incendie a ravagé un camp de réfugiés sur l’île grecque de Lesbos, les travaux sur un nouveau centre d’accueil n’ont toujours pas commencé malgré les promesses de construire l’installation avant l’hiver prochain, a confirmé mercredi le ministre grec des Migrations.

Les autorités grecques ont déclaré que les incendies avaient été déclenchés délibérément en septembre dernier par des habitants qui protestaient contre leur confinement dans le camp surpeuplé de Moria. Le camp, qui a été construit pour moins de 3 000 personnes, était bondé de 12 500 personnes et a été verrouillé en raison d’une épidémie de COVID-19. Certaines personnes ont ensuite été déplacées vers le continent ou dans un camp temporaire.

Le ministre grec des Migrations, Notis Mitarachi, a déclaré que le processus d’appel d’offres pour le choix des entreprises chargées de construire la nouvelle installation, qui devrait accueillir jusqu’à 5 000 personnes, est en cours. Il a déclaré qu’il avait fallu du temps pour obtenir les licences et les permis environnementaux nécessaires, ainsi que pour finaliser une subvention pour les fonds de l’Union européenne.

On lui a demandé s’il pouvait garantir que les migrants n’auraient pas à passer un deuxième hiver sous des tentes.

« Au cas où nous ne serions toujours pas dans les nouveaux camps de Lesbos, nous avons un plan d’urgence pour nous assurer que nous ne reverrons plus jamais ces images que nous avons vues dans le camp temporaire de Mavrovouni », a-t-il répondu.

Le camp de Mavrovouni a été installé après l’incendie de Moria en tant que mesure d’urgence temporaire, et des images de personnes essayant de vivre dans des tentes boueuses et inondées ont fait les gros titres pendant des mois.

Mitarachi a déclaré qu’un camp de réfugiés séparé sur l’île grecque de Chios faisait également l’objet d’un appel d’offres, mais que trois autres camps à Samos, Kos et Leros devraient être opérationnels d’ici cet hiver.

Le camp de Moria accueillait principalement des personnes fuyant les conflits et la pauvreté au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie et arrivées clandestinement à Lesbos en provenance de la côte turque voisine. Les agences d’aide avaient depuis longtemps mis en garde contre les conditions désastreuses dans l’installation, qui a été construite pour abriter un peu plus de 2 750 personnes.

Environ 10 000 migrants restent dans les îles grecques. Après une réunion avec Mirarachi à Bruxelles, la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, a déclaré qu’une priorité doit être de “s’assurer que nous pourrons avoir de bonnes conditions hivernales pour les migrants”.

___

Suivez toutes les histoires d’AP sur la migration mondiale sur https://apnews.com/hub/migration.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page