NewsSports

‘This IS INSANE’: l’Afrique manque désespérément de vaccin COVID États-Unis Biden Asie Afrique du Sud

Dans la course mondiale à la vaccination contre le COVID-19, l’Afrique est tragiquement en queue de peloton.

En fait, il est à peine sorti des starting-blocks.

En Afrique du Sud, qui a l’économie la plus robuste du continent et son plus grand nombre de cas de coronavirus, seulement 0,8% de la population est entièrement vaccinée, selon un tracker mondial tenu par l’Université Johns Hopkins Et des centaines de milliers d’agents de santé du pays, dont beaucoup viennent face à face avec le virus tous les jours, attendent toujours leurs piqûres.

Au Nigeria, le plus grand pays d’Afrique avec plus de 200 millions d’habitants, seulement 0,1% sont entièrement protégés. Le Kenya, avec 50 millions d’habitants, est encore plus bas. L’Ouganda a rappelé les doses des zones rurales parce qu’il n’en a pas assez pour lutter contre les épidémies dans les grandes villes.

Le Tchad n’a administré ses premiers vaccins que le week-end dernier. Et il y a au moins cinq autres pays en Afrique où aucune dose n’a été mise dans un bras, selon les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

L’Organisation mondiale de la santé affirme que le continent de 1,3 milliard d’habitants est confronté à une grave pénurie de vaccins alors qu’une nouvelle vague d’infections augmente à travers l’Afrique. Les expéditions de vaccins vers l’Afrique se sont “presque arrêtées”, a déclaré l’OMS la semaine dernière.

“C’est extrêmement préoccupant et parfois frustrant”, a déclaré le directeur du CDC Afrique, le Dr John Nkengasong, un virologue camerounais qui essaie de s’assurer que certains des pays les plus pauvres du monde obtiennent une part équitable des vaccins sur un marché où ils ne peuvent pas rivaliser. .

Les États-Unis et la Grande-Bretagne, en revanche, ont entièrement vacciné plus de 40 % de leur population, avec des taux plus élevés pour les adultes et les personnes à haut risque. Les pays européens ont une couverture proche ou supérieure à 20 %, et leurs citoyens commencent à réfléchir à l’endroit où leurs certificats de vaccination pourraient les emmener pendant leurs vacances d’été. Les États-Unis, la France et l’Allemagne proposent même des vaccins aux jeunes, qui courent un très faible risque de maladie grave due au COVID-19.

Les pays les plus pauvres avaient averti dès l’année dernière de cette inégalité imminente des vaccins, craignant que les pays riches n’accumulent des doses.

Dans une interview, Nkengasong a appelé les dirigeants des pays riches réunis cette semaine au sommet du G-7 à partager des vaccins de rechange – ce que les États-Unis ont déjà accepté de faire – et à éviter une « catastrophe morale ».

“J’aimerais croire que les pays du G-7, dont la plupart ont conservé des doses excessives de vaccins, veulent être du bon côté de l’histoire”, a déclaré Nkengasong. « Distribuez ces vaccins. Nous devons réellement voir ces vaccins, pas seulement … des promesses et de la bonne volonté. »

D’autres ne sont pas si patients, ni si diplomates.

« Des gens meurent. Le temps joue contre nous. C’EST INSANE », a écrit l’avocate sud-africaine des droits humains Fatima Hasan, militante pour l’égalité d’accès aux soins de santé, dans une série de SMS.

L’administration Biden a pris sa première décision majeure pour atténuer la crise la semaine dernière, annonçant qu’elle partagerait un premier lot de 25 millions de doses de rechange avec des pays désespérés d’Amérique du Sud et centrale, d’Asie et d’Afrique.

Nkengasong et son équipe ont été en contact avec des responsables de la Maison Blanche un jour plus tard, a-t-il dit, avec une liste de pays où les 5 millions de doses destinées à l’Afrique pourraient aller immédiatement.

Pourtant, l’offre américaine n’est qu’un « filet » de ce qui est nécessaire, a écrit Hasan.

L’Afrique à elle seule est confrontée à un déficit d’environ 700 millions de doses, même après avoir pris en compte celles obtenues grâce au programme de vaccination de l’OMS pour les pays les plus pauvres, COVAX, et un accord avec Johnson & Johnson, qui arrive en août, dans deux longs mois.

L’Ouganda vient de publier un lot de 3 000 doses de vaccin dans la capitale, Kampala – une quantité minuscule pour une ville de 2 millions d’habitants – pour maintenir son programme à peine en vie.

Là et ailleurs, la crainte est que la chance qui a permis d’une manière ou d’une autre à certaines parties de l’Afrique d’échapper au pire des vagues précédentes d’infections et de décès par COVID-19 ne puisse pas tenir cette fois.

« Le premier COVID était une blague, mais celui-ci est réel. Ça tue », a déclaré Danstan Nsamba, un chauffeur de taxi en Ouganda qui a perdu de nombreuses personnes qu’il connaissait à cause du virus.

Au Zimbabwe, Chipo Dzimba s’est lancée dans la quête d’un vaccin après avoir été témoin de décès dus au COVID-19 dans sa communauté. Elle a marché des kilomètres jusqu’à un hôpital missionnaire religieux, où il n’y en avait pas, et des kilomètres à nouveau jusqu’à un hôpital de district, où les infirmières n’avaient rien non plus et lui ont dit d’aller au principal hôpital public de la région. C’était trop loin.

“J’abandonne”, a déclaré Dzimba. « Je n’ai pas le prix du bus.

Les agents de santé sud-africains ont fait face à une déception similaire lorsqu’ils se sont entassés dans un parking le mois dernier, espérant des vaccinations et ignorant dans leur désespoir les protocoles de distanciation sociale. Beaucoup sont repartis sans coup de feu.

Femada Shamam, responsable d’un groupe de maisons de retraite dans la ville sud-africaine de Durban, n’a vu vacciner qu’environ la moitié des 1 600 personnes âgées et fragiles dont elle s’occupe. Cela fait six mois, presque jour pour jour, que la Grande-Bretagne a lancé la campagne mondiale de vaccination.

“Ils se sentent très découragés et ils se sentent abandonnés”, a déclaré Shamam à propos de ses résidents non vaccinés, qui éprouvent une “énorme anxiété” alors qu’ils s’accroupissent dans leurs maisons scellées 18 mois après le début de l’épidémie. Vingt-deux de ses résidents sont décédés du COVID-19.

“Cela met vraiment en évidence le plus gros problème … les nantis et les démunis”, a déclaré Shamam.

Quant à savoir si les pays riches disposant d’un excédent de vaccins ont compris le message, Nkengasong a déclaré: “J’ai bon espoir, mais pas nécessairement confiant.”

___

Les rédacteurs d’AP du monde entier ont contribué à ce rapport.

___

– Suivez plus de la couverture pandémique d’AP sur https://apnews.com/hub/coronavirus-pandemic et https://apnews.com/hub/coronavirus-vaccine

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page