News

Hamane Niang : une affaire de harcèlement sexuel voit le président de la Fiba se retirer

Le président de la Fiba Hamane Niang du Mali

Le président malien de Fiba, Hamane Niang, a accepté de se retirer alors qu’une enquête est ouverte sur des allégations de harcèlement sexuel systémique au sein de la Fédération malienne de basket-ball (FMB).

Des inquiétudes ont été soulevées le 10 juin par le New York Times et Human Rights Watch, ce qui a conduit l’instance dirigeante mondiale du basket-ball à ouvrir une enquête sur les allégations.

Le professeur Richard McLaren, responsable de l’intégrité de Fiba, a confirmé que le rapport devrait être remis peu après les Jeux olympiques.

Outre la démission de Niang, Fiba a également suspendu trois personnes liées au FMB de “toutes les activités de Fiba pendant la durée de l’enquête : l’entraîneur Amadou Bamba, l’entraîneur Oumar Sissoko et l’officiel Hario Maiga”.

La déclaration de Fibalien externe a également expliqué qu’il est allégué que Niang “était au courant ou aurait dû être au courant des abus sexuels commis par la Fédération malienne de basket-ball, en particulier pendant son mandat à la tête de cette fédération de 1999 à 2007”.

Niang, qui est président de la FIBA ​​depuis 2019, « nie fermement les allégations et a pris la décision de se retirer temporairement pendant que l’enquête est menée. Il a également offert sa pleine collaboration à l’enquête.

En attendant, le premier vice-président de Fiba, le cheikh Saud Ali Al-Thani, prendra ses fonctions et assumera la présidence par intérim.

“Fiba souligne le droit du président à la présomption d’innocence et ne fera aucun autre commentaire en attendant le résultat de l’enquête”, ajoute le communiqué.

“Fiba a une tolérance zéro pour toutes les formes de harcèlement et d’abus et exprime sa sincère compassion pour les victimes d’un tel comportement. Fiba s’engage à garantir que les signalements de tels comportements soient pris au sérieux et fassent l’objet d’une enquête appropriée.”

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page