News

Coupe d’Afrique des nations : les entraîneurs locaux s’apprêtent à rétablir la balance au Cameroun

Le sélectionneur algérien Djamel Belmadi est porté en l’air par ses joueurs après avoir mené l’Algérie au titre de la Coupe d’Afrique des Nations 2019

Pour la première fois depuis plus d’un demi-siècle, il y aura une majorité significative d’entraîneurs africains en charge des équipes lors de la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations en janvier au Cameroun.

La qualification de la Sierra Leone sous John Keister plus tôt cette semaine signifie que 14 des 24 équipes en phase finale seront gérées par un entraîneur local – à moins que les fédérations de football ne changent d’avis pour changer de personnel.

C’est un tournant important en faveur des locaux, qui ont longtemps été éclipsés par les entraîneurs étrangers d’Europe et d’Amérique du Sud lors des finales.

La finale 2002 au Mali était la dernière fois qu’il y avait plus d’entraîneurs africains que d’étrangers à la finale mais ensuite, dans un groupe de 16 équipes, il y avait une répartition presque égale avec neuf Africains et sept expatriés.

Depuis 1965 en Tunisie, lorsque les six finalistes ont été gérés par des locaux, il n’y a eu un tel pourcentage d’entraîneurs africains, dans ce qui sera considéré comme un vote de confiance envers les talents locaux.

Des pays comme le Burkina Faso, la Guinée équatoriale et le Mali, dont les récentes apparitions précédentes en phase finale ont eu lieu avec un entraîneur étranger en charge, ont changé de tactique et ont opté pour des locaux.

Le débat sur le manque d’opportunités pour les entraîneurs africains dans leur propre pays est depuis longtemps un débat passionné, de nombreuses fédérations estimant qu’elles ont tendance à privilégier les étrangers lors de la nomination d’un entraîneur national.

Souvent, la réaction instinctive au recrutement d’entraîneurs a vu beaucoup d’Europe ou d’Amérique du Sud assumer un rôle auquel ils ne sont pas préparés ou qui dépasse leurs capacités.

D’autres pensent que le statut des entraîneurs africains est encore bas et qu’ils ne reçoivent pas le même respect de la part des joueurs qu’un entraîneur extérieur.

Sur les 32 éditions passées de la Coupe des Nations, seules six ont vu des entraîneurs africains dominer. Il y a eu huit tournois où la répartition était égale, mais 18 où les entraîneurs non africains étaient majoritaires sur le banc. Cela inclut les sept derniers, remontant à 2008.

Les statistiques sont pour les entraîneurs en charge au début d’un tournoi car il y a eu des finales lorsqu’il y a eu un changement pendant le tournoi

Lors de la dernière finale en Egypte en 2019, 15 des 24 entraîneurs étaient étrangers. En 2015 en Guinée équatoriale, seuls trois des 16 finalistes avaient des locaux en charge.

Claude Le Roy détient le record d’entraîneur lors de la finale de la Coupe des Nations ayant dirigé six équipes différentes lors de neuf tournois, suivi de Henryk Kasperczak (7), Michel Dussuyer (6), Hervé Renard (6), Alain Giresse (5) et Henri Michel. (5). Tous sont français, dont l’ancien international polonais Kasperczak, devenu citoyen français après avoir commencé sa carrière d’entraîneur là-bas.

Cela se compare à seulement trois tournois pour plusieurs entraîneurs africains – un record partagé par Mahmoud Al Gohari, CK Gyamfi, Florent Ibenge, Fred Osam Duodu, Rabah Saadane et Hassan Shehata, qui a remporté ses trois apparitions. L’entraîneur de la Guinée-Bissau Baciro Cande devrait entraîner lors d’un troisième tournoi consécutif en janvier.

Du côté des vainqueurs, 17 Coupes des Nations ont été remportées par des entraîneurs africains et 16 par des étrangers, l’Algérien Djamel Belmadi faisant pencher la balance en faveur des locaux lors de la dernière édition en Egypte – et renforçant l’argument en faveur de plus d’Africains dans l’encadrement. sellette.

Finalistes de la Coupe d’Afrique des Nations 2021 :

  • Algérie: Djamel Belmadi
  • Burkina Faso: Kamou Malo
  • Cameroun: Toni Conceicao (Portugal)
  • Iles du Cap Vert : Pedro ‘Bubista’ Leitao
  • Îles Comores : Amir Abdou
  • Egypte: Hossam El Badry
  • Guinée Équatoriale: Juan Micha
  • Ethiopie: Wubetu Abate
  • Gabon: Patrice Neveu (France)
  • La Gambie : Tom Saintfiet (Belgique)
  • Ghana: Charles Akonnor
  • Guinée: Didier Six (France)
  • Guinée Bissau : Baciro Cande
  • Côte d’Ivoire: Patrice Beaumelle (France)
  • Malawi: Meke Mwase
  • Mali : Mohamed Magassouba
  • Mauritanie : Corentin Martins (France)
  • Maroc: Vahid Halilhodzic (Bosnie)
  • Nigeria: Gernot Rohr (Allemagne)
  • Sénégal: Aliou Cissé
  • Sierra Leone: John Keister
  • Soudan: Hubert Velud (France)
  • Tunisie: Mondher Kebaier
  • Zimbabwe: Zdravko Logarusic (Croatie)

Histoire des entraîneurs locaux contre étrangers aux Coupes des Nations :

  • 1957 (3 équipes) : Local = 3
  • 1959 (3 équipes) : Etranger = 3
  • 1962 (4 équipes) : Local = 2 ; Étranger = 2
  • 1963 (6 équipes) : Local = 3 ; Etranger = 3
  • 1965 (6 équipes) : Local = 6
  • 1968 (8 équipes) : Local = 3 ; Étranger = 5
  • 1970 (8 équipes) : Local = 5 ; Etranger = 3
  • 1972 (8 équipes) : Local = 3 ; Étranger = 5
  • 1974 (8 équipes) : Local = 2 ; Étranger = 6
  • 1976 (8 équipes) : Local = 1 ; Étranger = 7
  • 1978 (8 équipes) : Local = 4 ; Etranger = 4
  • 1980 (8 équipes) : Local = 5 ; Etranger = 3
  • 1982 (8 équipes) : Local = 3 ; Étranger = 5
  • 1984 (8 équipes) : Local = 4 ; Etranger = 4
  • 1986 (8 équipes) : Local = 3 ; Étranger = 5
  • 1988 (8 équipes) : Local = 1 ; Étranger = 7
  • 1990 (8 équipes) : Local = 4 ; Etranger = 4
  • 1992 (12 équipes) : Local = 6 ; Étranger = 6
  • 1994 (12 équipes) : Local = 7 ; Étranger = 5
  • 1996 (15 équipes) : Local = 5 ; Étranger = 10
  • 1998 (16 équipes) : Local = 7 ; Étranger = 9
  • 2000 (16 équipes) : Local = 6 ; Étranger = 10
  • 2002 (16 équipes) : Local = 9 ; Étranger = 7
  • 2004 (16 équipes) : Local = 8 ; Étranger = 8
  • 2006 (16 équipes) : Local = 8 ; Étranger = 8
  • 2008 (16 équipes) : Local = 4 ; Étranger = 12
  • 2010 (16 équipes) : Local = 6 ; Étranger = 10
  • 2012 (16 équipes) : Local = 7 ; Étranger = 9
  • 2013 (16 équipes) : Local = 7 ; Étranger = 9
  • 2015 (16 équipes) : Local = 3 ; Etranger = 13
  • 2017 (16 équipes) : Local = 4 ; Étranger = 12
  • 2019 (24 équipes) : Local = 9 ; Etranger = 15
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page