NewsSports

Les dirigeants d’Europe centrale s’inquiètent de la « vague » migratoire afghane Janez Jansa Slovénie Otan Moyen-Orient Afghan

Vendredi, les dirigeants d’Europe centrale ont exprimé leur inquiétude face à ce qu’ils ont qualifié de ruée migratoire potentielle en provenance d’Afghanistan alors que les forces américaines et de l’OTAN se retirent de ce pays. Ils se sont également plaints du fait qu’un petit groupe de pays puissants au sein de l’Union européenne continue de prendre les devants sans la contribution d’États membres plus petits ou moins riches.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki Morawiecki a déclaré qu’un retrait des troupes de l’OTAN d’Afghanistan pourrait déclencher un afflux migratoire en Europe, en plus d’un flux constant d’arrivées de migrants en provenance d’Afrique.

Le Premier ministre tchèque Andrej Babis est allé plus loin en suggérant qu’une “vague migratoire” en provenance d’Afghanistan constitue une “grande menace”.

“Pour cette raison, nous devons être capables de protéger nos frontières extérieures”, a déclaré Morawiecki.

Les premiers ministres de la République tchèque, de la Pologne, de la Hongrie et de la Slovaquie – tous membres de l’UE et de l’OTAN – se sont réunis vendredi en Slovénie, quelques jours seulement après que les nations alpines ont pris la présidence tournante de l’UE. Les pays forment le soi-disant Groupe de Visegrad, un organe informel qui vise à une coopération régionale plus étroite.

La plupart des pays d’Europe centrale et orientale se sont par le passé opposés à l’admission en Europe de personnes fuyant la guerre et la pauvreté en provenance du Moyen-Orient, d’Afrique ou d’Asie.

La Hongrie a érigé une clôture à sa frontière sud avec la Serbie à la suite d’un afflux massif de migrants en 2016 qui a vu un million de personnes atteindre l’Europe occidentale.

Vendredi, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a exhorté les pays d’Europe centrale à se serrer les coudes sur la question des migrations afin que leur voix soit entendue au sein du bloc des 27 membres.

“La coopération entre les pays d’Europe centrale n’est pas une théorie mais une réalité pratique”, a déclaré Orban.

Orban et le Premier ministre de droite slovène Janez Jansa sont de proches alliés. Jansa a également récemment fait l’objet d’un examen de la part de l’UE, craignant que son gouvernement ne limite les libertés médiatiques et démocratiques dans ce pays traditionnellement libéral.

Les pays d’Europe centrale ont critiqué les politiques migratoires de l’UE et ont accusé le bloc de favoriser les inégalités entre ses membres, ce qui diminue leur influence.

Les gouvernements populistes de Hongrie et de Pologne se sont ouvertement affrontés avec Bruxelles sur un certain nombre de questions, notamment l’état de droit et les droits des LGBT.

Lors d’une conférence de presse conjointe après la réunion, les responsables ont salué leur coopération et se sont engagés à soutenir le mandat de six mois de la Slovénie à la tête de l’UE.

Morawiecki s’est plaint que les pays d’Europe centrale estiment qu’ils ne sont « que des pions sur un échiquier européen ».

« C’est pourquoi notre voix dans la discussion sur l’avenir de l’Europe …. doit être très bruyant », a-t-il déclaré. “Nous sommes contre le centralisme (…) nous sommes pour un rôle fort des États souverains qui coopèrent très étroitement ensemble dans l’économie.”

Avant le rassemblement, les groupes LGBT slovènes ont demandé à Jansa de condamner publiquement la Pologne et la Hongrie pour des politiques qui, selon eux, étouffent les droits des LGBT, a rapporté l’agence de presse STA.

La Hongrie a récemment adopté une loi interdisant l’affichage de contenu représentant l’homosexualité ou le changement de sexe à des mineurs, et qui, selon les militants, stigmatise la communauté LGBT dans le pays.

Les dirigeants européens ont fermement condamné la loi.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page