News

Éthiopie Le parti du Premier ministre Abiy remporte la majorité des sièges au scrutin parlementaire de juin

Publié le:

Le Parti de la prospérité du Premier ministre Abiy Ahmed a remporté le plus grand nombre de sièges aux élections législatives en Éthiopie, a annoncé samedi le conseil électoral, une victoire qui lui assure un nouveau mandat.

Le parti d’Abiy a remporté 410 des 436 sièges parlementaires, a déclaré le vice-président du conseil électoral, Woubshet Ayele, lors d’une conférence de presse dans la capitale Addis-Abeba.

Abiy a salué le vote du 21 juin comme la première élection libre et équitable du pays après des décennies de régime répressif. Cependant, un boycott de l’opposition, une guerre, des violences ethniques et des problèmes logistiques ont éclipsé les élections dans certaines régions. Le vote n’a pas eu lieu dans trois des dix régions de l’Éthiopie.

Le parti d’Abiy a remporté 410 des 436 sièges parlementaires, a annoncé le vice-président du comité électoral Woubshet Ayele dans la capitale Addis-Abeba. Le président Birtukan Mideksa a déclaré que le conseil d’administration avait organisé des élections crédibles.

Le chef de l’opposition Berhanu Nega a déclaré que son parti éthiopien Citoyens pour la justice sociale (Ezema) avait déposé 207 plaintes après que des responsables locaux et des miliciens aient bloqué des observateurs dans la région d’Amhara et la région des nations, nationalités et peuples du Sud.

L’élection a été le premier test du soutien des électeurs pour Abiy, qui a promis des réformes politiques et économiques lorsqu’il a été nommé Premier ministre par la coalition au pouvoir en 2018.

Quelques mois après son entrée en fonction, Abiy a levé l’interdiction des partis d’opposition, libéré des dizaines de milliers de prisonniers politiques et pris des mesures pour ouvrir l’un des derniers marchés inexploités d’Afrique.

Il fait maintenant face à la pression internationale à cause de la guerre au Tigré et aux accusations de groupes de défense des droits que son gouvernement annule certaines nouvelles libertés, ce qu’il nie.

Le Parti de la prospérité nouvellement formé d’Abiy a fait face à une opposition fragmentée de dizaines de partis principalement ethniques. Les partis d’opposition Ezema et le Mouvement national d’Amhara (NAMA) ont chacun remporté moins de 10 sièges.

Le vote dans les régions de Harar et de Somalie a été retardé jusqu’en septembre en raison de problèmes de sécurité et de problèmes de bulletins de vote.

Aucune date n’a été fixée pour le vote dans le Tigré, où l’armée combat les forces fidèles au Front populaire de libération du Tigré (TPLF), l’ancien parti au pouvoir de la région, depuis novembre. Les combats ont déplacé 2 millions de personnes et les Nations Unies ont mis en garde contre les conditions de famine dans certaines parties de la région.

Fin juin, le TPLF a pris le contrôle de la majeure partie du Tigré et de la capitale régionale Mekelle, huit mois après le début du conflit.

Le gouvernement a annoncé un cessez-le-feu unilatéral après des jours d’avancées du TPLF. Le TPLF a présenté une liste de sept demandes qui, selon lui, sont une condition préalable à un cessez-le-feu, y compris le retrait de l’armée et de ses alliés des parties du Tigré actuellement administrées par la région voisine d’Amhara, qui revendique également la terre.

(REUTERS)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page