NewsSports

L’agence des frontières de l’UE va ” considérablement ” renforcer l’aide de la Lituanie à l’Allemagne Frontex Baltic Africa Libye

L’agence des frontières de l’Union européenne s’engage à intensifier “significativement” son soutien à la Lituanie dans les prochains jours “en raison de la pression migratoire croissante à la frontière lituanienne avec la Biélorussie” que la nation balte tente de contenir.

La décision de Frontex, l’agence chargée de coordonner le contrôle des frontières entre les États membres de l’UE et les pays tiers, a été annoncée samedi soir à la suite d’un appel vidéo entre le directeur exécutif de Frontex Fabrice Leggeri et le président lituanien Gitanas Nauseda.

“La frontière de la Lituanie est notre frontière extérieure commune et Frontex est prête à aider en cas de besoin”, a déclaré Leggeri dans un communiqué. “Nous sommes prêts à renforcer notre niveau de soutien et à déployer davantage d’officiers et d’équipements de corps permanents européens” en Lituanie, membre de l’UE et de l’OTAN de 2,8 millions.

L’opération de Frontex, qui a commencé plus tôt ce mois-ci avec le déploiement d’une douzaine d’officiers et de voitures de patrouille, va plus que doubler la semaine prochaine, a indiqué l’agence.

Le bureau de Nauseda a déclaré séparément que les renforts promis par Frontex devaient atteindre la Lituanie d’ici le 15 juillet et que des patrouilles frontalières armées et des traducteurs supplémentaires sont arrivés au cours du week-end.

En outre, un hélicoptère de patrouille sera envoyé en Lituanie depuis la Pologne voisine et des discussions sont en cours pour envoyer un autre hélicoptère depuis l’Allemagne, a indiqué le bureau de Nauseda.

Dans un tweet, Nauseda a remercié Frontex pour son soutien “à la gestion des flux de migrants illégaux à travers la frontière orientale” avec la Biélorussie, une autre ancienne république soviétique qui ne fait pas partie de l’UE.

La Lituanie, qui a donné refuge à des personnalités de l’opposition biélorusse, accuse son voisin d’organiser le passage des frontières par des personnes principalement originaires d’Irak, du Moyen-Orient et d’Afrique.

En juin, le nombre de passages illégaux des frontières entre la Biélorussie et la Lituanie a été multiplié par six, augmentant la pression sur les autorités nationales de contrôle des frontières, a déclaré Frontex. Le phénomène s’est accéléré en juillet et plus de 1 500 personnes sont entrées en Lituanie depuis la Biélorussie au cours des deux derniers mois, soit 20 fois plus qu’en 2020.

Plus tôt cette semaine, le président autoritaire biélorusse Alexandre Loukachenko a déclaré que son pays ne fermerait pas ses frontières « et ne deviendrait pas un camp pour les personnes fuyant l’Afghanistan, l’Iran, l’Irak, la Syrie, la Libye et la Tunisie ».

Les tensions entre l’UE et la Biélorussie se sont encore intensifiées après que la Biélorussie a détourné un avion de ligne le 23 mai pour arrêter un journaliste de l’opposition.

Loukachenko a déclaré que son pays mettrait un terme à sa coopération avec le bloc des 27 pays pour endiguer la migration en représailles aux sanctions économiques que l’UE a infligées à la Biélorussie pour le détournement d’avions de passagers.

Vendredi, la Lituanie a commencé à construire une double clôture en fil de fer barbelé à la frontière biélorusse. Il s’étendra sur 550 kilomètres (342 miles), couvrant la majeure partie de la frontière de près de 680 kilomètres (423 miles) et coûtera 41 millions d’euros (48 millions de dollars), selon les autorités lituaniennes.

En outre, la Lituanie a mis en place des camps de tentes pour accueillir le nombre croissant de migrants.

___

Suivez toutes les histoires d’AP sur la migration mondiale sur https://apnews.com/hub/migration

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page