News

Des dizaines de morts au Niger après l’attaque d’un village par des “terroristes” à moto

Publié le:

Cinq civils, quatre soldats et 40 assaillants armés ont été tués dimanche lors d’un affrontement dans la région agitée du sud-ouest du Niger, près de la frontière avec le Mali, a annoncé le gouvernement.

Une centaine de “terroristes” lourdement armés à moto ont attaqué le village de Tchoma Bangou, frappant vers 15 heures dimanche, a indiqué le ministère nigérien de la Défense dans un communiqué lu à la télévision publique qui n’a pas identifié qui il soupçonnait d’être à l’origine du dernier incident meurtrier.

La “réaction rapide et vigoureuse” des Forces de défense et de sécurité (FDS), “a permis de repousser l’attaque et d’infliger de lourdes pertes à l’ennemi”, a précisé le ministère, précisant que ses soldats avaient saisi des motos et une cache d’armes. , y compris des AK47 et des mitrailleuses, des assaillants.

Tchoma Bangou est située dans la région de Tillabéri, frontalière du Mali et du Burkina Faso, une zone dite « des trois frontières » qui est régulièrement la cible de groupes djihadistes.

Tillaberi est en état d’urgence depuis 2017. Les autorités ont interdit la circulation des motos jour et nuit pendant un an et ont ordonné la fermeture de certains marchés soupçonnés d’approvisionner des “terroristes”.

L’un des pays les plus pauvres du monde, le Niger a combattu pendant des années les insurrections djihadistes sur son flanc sud-ouest avec le Mali, ainsi que Boko Haram sur sa frontière sud-est avec le Nigeria. Les attaques répétées ont fait des centaines de morts et forcé des milliers de personnes à fuir leurs maisons.

En janvier, 70 civils ont été tués par des hommes armés à Tchoma Bangou et 30 dans le village voisin de Zaroumadareye.

Le mois dernier, 19 personnes ont été tuées dans des villages de la même commune, selon des responsables.

Selon les estimations des Nations Unies, il y a plus de 300 000 personnes déplacées à l’intérieur du Niger, dont beaucoup ont fui la violence terroriste qui s’est intensifiée depuis 2015.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page