News

Le Botswana émet un avertissement aux voyageurs concernant la violence en Afrique du Sud, eSwatini

Le gouvernement du Botswana a publié mardi un avis aux voyageurs pour l’Afrique du Sud en raison des violentes manifestations qui ont suivi la reddition de l’ancien président Jacob Zuma aux autorités et son emprisonnement.

Zuma, longtemps empêtré dans des enquêtes et des enquêtes sur la corruption, a été condamné la semaine dernière à 15 mois d’outrage au tribunal pour ne pas avoir comparu devant le tribunal pour témoigner dans le cadre de ces allégations. Il est le premier président sud-africain à aller en prison depuis Nelson Mandela et l’ère de l’apartheid, et les observateurs disent que les manifestations contre l’arrestation de Zuma sont parmi les plus violentes depuis 1994.

Le Botswana voisin exhorte les citoyens à éviter de voyager en Afrique du Sud, en particulier dans les provinces du KwaZulu-Natal et du Gauteng, en raison des manifestations. L’armée sud-africaine (SANDF) a été déployée dans certaines communautés en raison de pillages et de vandalisme dans les centres commerciaux, de routes bloquées et d’autres incidents, alors que les manifestations initialement liées à Zuma deviennent un contrecoup plus large sur l’économie et l’augmentation du nombre de morts du COVID-19.

La violence a perturbé les infrastructures, entraînant des coupures d’eau et d’électricité imprévues, ainsi que la suspension des services de transport en commun et la fermeture de bureaux du gouvernement.

“Les Botswanais qui sont déjà en Afrique du Sud sont invités à faire preuve d’une extrême prudence et à éviter les déplacements inutiles, en particulier dans des villes comme Johannesburg et Durban”, a déclaré le ministère des Affaires internationales et de la Coopération. « Il est également conseillé aux chauffeurs de camions du Botswana d’envisager des itinéraires alternatifs pour éviter les zones de protestation. »

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a appelé au calme dans un discours à la nation lundi.

« La majorité des Sud-Africains ne tolèrent pas et ne devraient pas tolérer la violence, la destruction de biens et la mise en danger des moyens de subsistance », a déclaré Ramaphosa. « Les gens sont également invités à faire attention à ce qu’ils publient sur les réseaux sociaux et à être conscients que le partage de fausses nouvelles ou de contenus qui incitent à la violence et au pillage est un crime. »

Le Botswana conseille également à ses citoyens d’éviter de voyager en raison des troubles civils à eSwatini, où les manifestations en faveur de la démocratie contre le roi Mswati III et sa monarchie se sont intensifiées ces dernières semaines. Des dizaines de morts ont été signalées à eSwatini alors que les forces de sécurité réprimaient les manifestants.

Image : Rea Vaya Bus Transit/Ville de Johannesburg

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page