News

Ines Boubakri : l’escrimeuse tunisienne veut marquer l’histoire des femmes arabes

Ines Boubakri a lutté contre sa blessure pour remporter le bronze olympique à Rio

Gagner le bronze olympique à Rio a permis à Inès Boubakri de se rendre compte qu’elle n’avait plus à faire ses preuves devant personne.

Le Tunisien avait fait ça toute sa vie. Mais à ce moment-là, laissant tomber son masque au sol et son fleuret à ses côtés alors qu’elle devenait la première femme africaine et arabe à remporter une médaille en escrime, elle savait que chaque obstacle valait la peine d’être surmonté.

“Vous vous souvenez de tout ce que vous avez sacrifié, à quel point c’était difficile, car en escrime, nous n’avons pas cette tradition”, a-t-elle déclaré.

“Quand j’ai commencé à être l’une des meilleures au monde, les gens se disaient : ‘Oh, elle vient de Tunisie, comment peut-elle être l’une des mieux classées au monde ?’.

“Quand j’ai eu cette médaille, j’ai dit ‘Je n’ai rien à prouver’. Je méritais cette médaille.”

Boubakri est issue d’une famille d’escrimeurs – sa mère, Henda Zaouali, a participé aux Jeux olympiques d’Atlanta en 1996, tandis que son mari, Erwann Le Pechoux, est un olympien français. Zaouali n’a pas pu être à Rio pour voir sa fille monter sur le podium mais Boubakri a dit qu’elle était heureuse parce que sa maman “voulait cette médaille”.

Cela n’avait pas été une victoire facile, cependant. Boubakri avait lutté contre des douleurs au dos et aux genoux lors du match pour la médaille de bronze au fleuret, et a été contraint de se battre contre un lourd déficit pour vaincre la Russe Aida Shanayeva.

La jeune femme de 32 ans a reçu un « accueil du président » à son retour en Tunisie, où elle a découvert qu’elle avait de nouveaux adeptes ; adeptes qui avaient compris, grâce au succès de Boubakri, que leur avenir pouvait être sans limites.

“C’est une responsabilité car il y a beaucoup de jeunes filles qui me suivent”, a déclaré Boubakri au podcast On the Podium de la BBC World Service.

“J’ai une certaine pression et une certaine responsabilité parce que je veux leur montrer comment obtenir cette médaille, pas seulement dans le sport ou dans d’autres carrières, pour montrer qu’elle peut le faire.

“Ce n’est pas parce que nous sommes arabes ou africains que nous ne pouvons pas croire en nous-mêmes, avoir confiance en nous et ne pas laisser les gens vous juger. Faites simplement ce que vous voulez et croyez en vous.”

Boubakri dit que le monde a changé sa façon de la voir. Maintenant, elle veut aider d’autres femmes d’horizons similaires à réaliser leur véritable potentiel.

“Pour moi, il est très important que nous ayons l’égalité entre les femmes et les hommes”, a-t-elle déclaré.

“Malheureusement, dans le monde arabe, on compare encore les femmes et les hommes, ‘elle ne peut pas faire ça parce qu’elle est une femme’.

“Je veux prouver que vous ne pouvez pas comparer. Parfois, les hommes ne peuvent pas faire certaines choses que les femmes peuvent faire. Je veux mettre fin à cette inégalité.”

Elle a ajouté: “J’ai entendu beaucoup de filles dire qu’elles ne voulaient pas faire de sport ou qu’elles n’avaient pas de muscles comme les hommes. Quand j’entends cela, je suis choquée. Je pratique l’escrime depuis plus de 20 ans et cela m’aide. mon corps pour rester en forme.

“Vous pouvez faire n’importe quel sport et vous n’êtes pas obligé d’être au plus haut niveau. Essayez plein de choses et vous verrez ce que votre corps peut faire.”

Inès Boubakri
Ines Boubakri est triple olympienne, ayant participé à Pékin, Londres et Rio

Tokyo seront les quatrièmes Jeux olympiques de Boubakri et pourraient être ses derniers, mais peu importe ce qui se passera au Japon cet été, son avenir est déjà tracé.

Après avoir déménagé en France avec le soutien de sa famille à l’âge de 18 ans pour de meilleures opportunités d’escrime, Boubakri souhaite maintenant offrir ces opportunités à la prochaine génération du sport qui en a besoin.

“Je ne sais pas quand j’arrêterai ma carrière, parfois je dis que ce seront mes derniers JO à Tokyo, parfois je dis pourquoi pas [carry on]?,” elle a dit.

“J’ai une maîtrise en psychologie du sport et je peux être professeur d’éducation physique, donc après ma carrière, je rêve de faire une académie internationale.

“Je pense à des gens comme moi, des gens qui n’ont pas une grosse structure, de gros clubs, beaucoup d’escrimeurs à pratiquer [with].

“Donc, mon plan, et j’espère que cela fonctionnera, est de construire une académie internationale pour tous ceux qui n’ont pas de grandes fédérations, ils peuvent rejoindre notre académie et je peux partager avec eux comment s’améliorer en escrime, mes expériences et aller avec eux aux compétitions, être leur entraîneur.”

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page