News

L’OIM constate une augmentation des décès de migrants en Méditerranée

En mars dernier, un rappeur de 22 ans nommé Sohail Al Sagheer a quitté l’Algérie pour l’Espagne à bord d’un bateau de migrants. Il a disparu et son corps n’a été retrouvé que le 5 avril, date à laquelle il a été découvert au large d’Aïn Témouchent.

Le musicien algérien fait partie d’au moins 1 146 personnes décédées en tentant de traverser la mer Méditerranée au cours des six premiers mois de 2021, selon une nouvelle rapport de l’OIM, l’agence des Nations Unies sur les migrations. C’est plus du double du nombre observé au cours de la même période en 2020, bien que la pandémie de COVID-19 ait probablement réduit le flux normal de migrants essayant d’atteindre l’Europe depuis l’Afrique du Nord.

Au moins 741 personnes sont mortes sur la route de la Méditerranée centrale, tandis que 149 personnes ont perdu la vie en traversant la Méditerranée occidentale. 250 autres personnes sont mortes en essayant d’atteindre les îles Canaries sur la route Afrique de l’Ouest-Atlantique, bien que ce soit probablement un sous-dénombrement.

Des milliers de personnes cherchent également à atteindre les territoires insulaires espagnols de Ceuta et Melilla depuis le Maroc, certains se noyant alors qu’ils tentaient de nager pour l’atteindre. Parmi eux se trouvait El Araby Kerekech, un restaurateur marocain qui tentait de reprendre un travail à Ceuta.

Plus de 31 500 personnes ont été interceptées ou secourues par les autorités nord-africaines au premier semestre 2021, a indiqué l’OIM. La Tunisie a considérablement accru ses efforts d’intervention, tandis que la Libye continue de rapatrier des migrants – quelque 15 300 jusqu’à présent cette année, soit trois fois le taux de 2020.

« C’est préoccupant étant donné que les migrants qui sont renvoyés en Libye sont soumis à des détentions arbitraires, à des extorsions, à des disparitions et à la torture », a déclaré l’OIM. Le directeur général António Vitorino a appelé les États méditerranéens à « respecter leurs obligations en vertu du droit international » et à prendre des mesures pour se protéger contre les pertes de vie.

« L’augmentation des efforts de recherche et de sauvetage (SAR), la mise en place de mécanismes de débarquement prévisibles et la garantie d’un accès à des voies de migration sûres et légales sont des étapes clés pour atteindre cet objectif », a déclaré Vitorino.

Image : OIM

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page