News

Montjane : “Les finales de Wimbledon ont répondu à mes questions à Tokyo”

Montjane et sa partenaire de double britannique Lucy Shuker ont été finalistes du double féminin en fauteuil roulant à Wimbledon

Kgothatso Montjane a peut-être perdu deux finales en fauteuil roulant à Wimbledon le week-end dernier, mais l’expérience a fait monter en flèche sa confiance avant les Jeux paralympiques de Tokyo, a déclaré la Sud-Africaine.

Le joueur de 35 ans a perdu samedi contre la Japonaise Yui Kamiji et la Britannique Jordanne Whiley en double aux côtés de sa partenaire britannique Lucy Shuker, et contre la Néerlandaise Diede de Groot chez les célibataires le dimanche.

Montjane a été la première Africaine à atteindre une finale du Grand Chelem en fauteuil roulant et elle dit que l’expérience de Wimbledon cette année a aidé à préparer ses troisièmes Jeux paralympiques.

“Je pense que c’est un véritable booster de confiance et c’est arrivé au bon moment juste avant Tokyo”, a-t-elle déclaré à l’émission Newsday de BBC World Service.

“J’ai l’impression que cette année, j’ai eu tellement de questions sur moi en ce qui concerne Tokyo : ‘Es-tu prêt ? Que se passe-t-il ? Tu avances ? Où vas-tu aller ?’ J’ai donc l’impression d’avoir les réponses que je cherchais.

“À partir de maintenant, je ne peux que travailler encore plus dur, et continuer à développer ma conviction et à gérer le niveau de confiance.

“N’oublions pas qu’il y a un objectif pour Tokyo, mais le plus important est de profiter des Jeux.”

Montjane, la première joueuse africaine de tennis en fauteuil roulant à se qualifier pour les quatre tournois du Grand Chelem la même année (2018), n’a jamais dépassé le deuxième tour de ses précédents Jeux paralympiques.

Elle a atteint sa première finale du Grand Chelem cette année après avoir perdu cinq demi-finales précédentes aux Internationaux d’Australie, de France et des États-Unis, sa première défaite remontant à 2013.

Bataille mentale

La star sud-africaine du tennis en fauteuil roulant Kgothatso Montjane s'entraîne
Montjane, 35 ans, a été le premier Africain à disputer une finale du Grand Chelem en fauteuil roulant à Wimbledon cette année.

Montjane, qui joue depuis 16 ans, pense que c’est sur l’aspect psychologique de son jeu qu’elle doit se concentrer avant le début des Jeux paralympiques le 24 août.

Maintenant classée cinquième au monde, un sommet en carrière, la gaucher croit que le fait d’avoir les côtés mental et physique de son jeu au même niveau peut lui rapporter une médaille.

“Cela m’a vraiment stimulé d’aller aussi loin (à Wimbledon) et honnêtement, d’où je me tiens en ce moment, je pense qu’il est à peu près possible d’aller loin aux Jeux paralympiques et je ne peux tout simplement pas attendre”, a-t-elle insisté.

“Nous jouons sur un terrain dur et c’est la surface que j’aime le plus. J’ai juste besoin de continuer à y croire – tout est dans la tête parce que j’aimerais penser que physiquement mon jeu est là.

“Je dois pousser plus fort mentalement et trouver toutes ces pièces que je recherche sur le terrain, continuer à croire que je peux le faire parce que je crée des opportunités, mais parfois je n’arrive pas à les convertir.

“Il s’agit simplement de réparer ma tête et d’être dans le bon état d’esprit, car il m’est vraiment possible de réussir à Tokyo.”

Alors qu’elle finalise ses préparatifs, Montjane est rentrée chez elle à Pretoria d’où elle savoure son retour à la compétition de haut niveau.

“Je suis tellement excité par tout ce qui s’est passé et j’attends les Jeux plus que tout avec impatience.”

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page