News

Au moins 57 migrants à destination de l’Europe se noient après le chavirement d’un bateau au large des côtes libyennes

Publié le:

Au moins 57 migrants se sont noyés après le naufrage de leur bateau au large de la Libye, a annoncé lundi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), la dernière tragédie survenue lors de la dangereuse traversée de la Méditerranée vers l’Europe.

“Horrifié par une nouvelle perte douloureuse de vies humaines au large des côtes libyennes”, a déclaré sur Twitter Federico Soda, chef de la mission de l’OIM en Libye. “Au moins 57 personnes se sont noyées aujourd’hui dans la dernière tragédie… Le silence et l’inaction sont inexcusables.”

Le navire a coulé au large du port libyen de Khoms, à quelque 120 kilomètres (75 miles) à l’est de la capitale Tripoli, a ajouté l’OIM.

La Libye est une porte d’entrée clé pour les migrants à destination de l’Europe.

La cause du naufrage du bateau n’était pas claire dans l’immédiat, mais les navires quittant la côte nord-africaine pour l’Europe sont souvent des embarcations de fortune surchargées, partant la nuit même par mauvais temps pour éviter d’être détectés par les garde-côtes.

“Les survivants qui ont parlé à notre personnel ont déclaré que 20 femmes et deux enfants faisaient partie de ceux qui ont perdu la vie”, a déclaré l’OIM, ajoutant que la dernière tragédie “souligne le besoin immédiat” d’une “capacité SaR (recherche et sauvetage) dirigée par l’État” sur la route dangereuse.

Les garde-côtes libyens ont recueilli plus de 13 000 personnes au premier semestre de cette année, dépassant le chiffre total pour 2020, selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Plus tôt ce mois-ci, l’OIM a déclaré que le nombre de personnes décédées en tentant de traverser la Méditerranée avait presque doublé au premier semestre 2021 par rapport à la même période l’année dernière.

L’Union européenne soutient depuis plusieurs années les forces libyennes pour tenter d’endiguer les migrations, malgré les conditions souvent difficiles dans les centres de détention en Libye.

Les agences internationales ont dénoncé à plusieurs reprises le retour en Libye de migrants interceptés en mer.

La Libye, riche en pétrole, a été déchirée par un conflit après le renversement et le meurtre du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.

Mais en octobre dernier, des groupes rivaux ont signé une trêve, mettant en branle un processus dirigé par l’ONU qui a vu l’installation d’un nouveau gouvernement de transition.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page