News

Tunisie : le président limoge le ministre de la Défense sur fond de troubles politiques

Le président tunisien Kais Saied a limogé lundi le ministre de la Défense, au lendemain de l’éviction du Premier ministre et de la suspension du Parlement, plongeant la jeune démocratie dans une crise constitutionnelle en pleine pandémie.

Des affrontements de rue ont éclaté lundi devant le parlement barricadé par l’armée, après que Saied a limogé le Premier ministre Hichem Mechichi et ordonné la fermeture du parlement pendant 30 jours, une décision que le plus grand parti politique Ennahdha a qualifiée de « coup d’État ».

Mechichi a déclaré qu’il donnerait le pouvoir à l’homme choisi par le président, dans ses premiers commentaires depuis le choc.

Saied a déclaré dimanche avoir « pris les décisions nécessaires pour sauver la Tunisie, l’État et le peuple tunisien », à la suite de manifestations de rue dans plusieurs villes contre la gestion par le gouvernement de la pandémie de Covid dans ce pays d’Afrique du Nord.

Le président, qui selon la constitution contrôle les forces armées, a mis en garde ses opposants contre la prise d’armes, menaçant que si quelqu’un « tire une seule balle, nos forces riposteront par une pluie de balles ».

Lundi après-midi, la présidence a annoncé les limogeages du ministre de la Défense Ibrahim Bartaji et de Hasna Ben Slimane, la ministre de la Justice par intérim.

Les soldats de lundi matin ont bloqué l’assemblée à Tunis tandis que les partisans de Saied lançaient des pierres, des bouteilles et des insultes aux partisans d’Ennahdha, d’inspiration islamiste, dont le chef s’était vu interdire l’entrée du complexe.

Des troupes ont également encerclé le bureau de Mechichi.

Plus tard dans l’après-midi, les manifestations se sont calmées, la présidence prolongeant un couvre-feu nocturne en place pour lutter contre le coronavirus et interdisant les rassemblements de plus de trois personnes.

Le Dr William Lawrence, professeur à l’Université américaine de Washington DC explique ce qui se cache derrière la tourmente en Tunisie


‘Très dangereux’

La décision dramatique de Saied – une décennie après la révolution tunisienne de 2011, souvent présentée comme la seule réussite du printemps arabe – intervient même si la constitution consacre une démocratie parlementaire.

C’est “un coup d’Etat contre la révolution et contre la constitution”, a déclaré Ennahdha, le parti leader de la coalition au pouvoir en Tunisie, avertissant ses membres “de défendre la révolution”.

La puissante Union générale tunisienne du travail (UGTT) qui a joué un rôle clé dans le soulèvement de 2011, a déclaré que le président avait agi “conformément” à la constitution pour “prévenir un danger imminent et rétablir le fonctionnement normal” de l’Etat.

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken s’est entretenu lundi par téléphone avec le président tunisien lui demandant de respecter la démocratie et de “maintenir un dialogue ouvert avec tous les acteurs politiques et le peuple tunisien”, a indiqué le département d’Etat.

L’Union européenne a appelé la population à respecter “l’état de droit” et à “éviter tout recours à la violence” tandis que l’ancien dirigeant colonial français a appelé à un retour rapide au “fonctionnement normal” du gouvernement.

La Russie a déclaré qu’elle surveillait la situation, tandis que la Turquie, où le gouvernement soutient Ennahdha, a appelé au rétablissement de la “légitimité démocratique”.

La crise fait suite à des mois d’impasse entre le président, le Premier ministre et le chef d’Ennahdha Rached Ghannouchi, qui a paralysé la réponse de Covid, alors que les décès ont atteint l’un des taux par habitant les plus élevés au monde.

Plus de 18 000 personnes sont mortes du coronavirus dans un pays de 12 millions d’habitants.

La police a également fermé le bureau local de la télévision qatarie Al Jazeera, a déclaré le directeur de la chaîne à Tunis Lotfi Hajji, avertissant que “ce qui se passe est très dangereux, c’est la preuve que la liberté de la presse est menacée”.

L’organisation de presse Reporters sans frontières a condamné cette décision, tandis qu’Amnesty International l’a qualifiée de « précédent profondément inquiétant signalant que les droits humains sont en danger ».

La prise de pouvoir de Saied a déclenché dimanche soir des rassemblements jubilatoires de supporters qui ont inondé les rues de Tunis, agitant le drapeau national et faisant retentir leurs klaxons alors que des feux d’artifice illuminaient le ciel.

“Naissance d’un dictateur”

Depuis que Saied a été élu en 2019, il est enfermé dans une confrontation avec Mechichi et Ghannouchi, qui est également l’orateur de la maison.

La rivalité a bloqué les nominations ministérielles et détourné les ressources de la résolution des nombreux problèmes économiques et sociaux de la Tunisie.

Saied a déclaré qu’il assumerait le pouvoir exécutif “avec l’aide” d’un gouvernement dont il nommerait lui-même le nouveau chef.

Les analystes ont déclaré qu’il n’était pas clair ce qui se passerait ensuite. “Nous sommes dans l’inconnu”, a déclaré Michael Ayari, de l’International Crisis Group.

Au cours des 10 années écoulées depuis que la révolution populaire tunisienne a renversé le dictateur Zine El Abidine Ben Ali, la Tunisie a eu neuf gouvernements.

Certains n’ont duré que des mois, entravant les réformes nécessaires pour réorganiser l’économie en difficulté du pays et les services publics médiocres.

Le drame de dimanche a commencé par des manifestations de masse contre le gouvernement pour ses échecs dans la lutte contre la pandémie.

Un haut responsable d’Ennahdha, s’adressant à l’AFP sous couvert d’anonymat, a affirmé que les manifestations et les célébrations qui ont suivi ont été chorégraphiées par Saied.

Après l’annonce de Saied, une partisane en liesse, Nahla, a salué les “décisions courageuses” du président.

Mais un homme dans la quarantaine regardait sans enthousiasme.

“Ces imbéciles célèbrent la naissance d’un nouveau dictateur”, a-t-il déclaré.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page