News

Des hommes armés libèrent des dizaines d’étudiants nigérians enlevés en mai

Publié le:

Des hommes armés nigérians ont libéré les élèves restants de plus de 100 élèves kidnappés dans un séminaire islamique du nord-ouest de l’État du Niger il y a près de trois mois, a déclaré jeudi le directeur de l’école.

Des criminels lourdement armés ont enlevé 136 élèves du séminaire de Tegina le 30 mai dans le cadre d’une série d’enlèvements de masse visant des écoles et des collèges au Nigeria depuis décembre.

Six des élèves sont morts en captivité et 15 autres se sont échappés en juin, selon les responsables de l’école.

« Les élèves ont tous été libérés. Nous les ramenons maintenant chez eux », a déclaré à l’AFP le directeur du séminaire Abubakar Alhassan par téléphone.

« Je ne peux pas vous donner un nombre exact maintenant. Nous devrons les dépister en rentrant à la maison. Mais aucun des élèves n’est en captivité.

Il n’a donné aucun détail sur la façon dont les élèves ont été libérés ni si une rançon a été payée.

L’un des parents, Fati Abdullahi, dont la fille de 18 ans et le fils de 15 ans faisaient partie des captifs, a confirmé que les élèves étaient libres.

«Nous avons été en contact avec ceux qui les ramènent à la maison au téléphone. Nous avons suivi leur voyage de retour », a déclaré Abdullahi. « Nous avons hâte de les voir.

Une violence croissante

Le nord-ouest et le centre du Nigeria ont connu une recrudescence des attaques, des pillages et des enlèvements de masse par des gangs criminels connus localement sous le nom de bandits. Mais cette année, les gangs ont commencé à cibler les écoliers et les étudiants comme moyen d’obtenir plus de rançons.

Environ 1 000 étudiants ont été kidnappés depuis décembre après que des gangs ont commencé à frapper les écoles. La plupart ont été libérés après des négociations, mais des dizaines sont toujours détenues dans des camps forestiers.

Des hommes armés qui ont enlevé plus de 100 élèves d’un lycée baptiste du nord-ouest de l’État de Kaduna ont libéré 15 autres de ces otages après avoir collecté une rançon, a déclaré dimanche un représentant des familles.

Lors de l’enlèvement du séminaire de Tegina en mai, environ 200 hommes armés à moto ont pris d’assaut la ville du district de Rafi, dans l’État du Niger, transportant les élèves dans leur cachette rurale.

En août, un émissaire envoyé pour remettre une rançon a lui-même été retenu captif pendant une semaine par les bandits avant d’être libéré avec une demande de plus d’argent.

Pas plus tard que la semaine dernière, les ravisseurs avaient appelé l’école pour envoyer plus de vêtements pour les enfants qui portaient les mêmes vêtements en lambeaux depuis des mois.

La violence dans le nord-ouest et le centre du Nigeria trouve ses racines dans des tensions de longue date et des raids armés entre agriculteurs et éleveurs nomades au sujet des pâturages et des ressources en eau.

Mais l’insécurité s’est aggravée avec l’émergence de gangs criminels impliqués dans des vols de bétail, des pillages de villages et des enlèvements de masse. La plupart d’entre eux sont basés dans de vastes forêts dans les États de Kaduna, Katsina, Niger et Zamfara.

Le président Muhammadu Buhari a ordonné des opérations militaires et des frappes aériennes contre des camps de bandits, mais les attaques n’ont pas cessé. Certains gouverneurs locaux ont tenté des accords d’amnistie avec les bandits, mais la plupart ont échoué.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page