NewsSports

Les Émirats arabes unis déploient un plan pour investir dans l’économie et libéraliser les lois

Les Émirats arabes unis ont annoncé dimanche un plan majeur pour stimuler leur économie et libéraliser les règles de résidence strictes pour les expatriés, alors que le pays cherche à assainir ses finances et à attirer des résidents et des capitaux étrangers.

Le plan de la nation pour attirer les talents étrangers au cours des prochaines décennies reflète un contraste croissant avec les autres cheikhs du golfe Persique qui deviennent de plus en plus protectionnistes alors qu’ils tentent de diversifier leurs économies liées au pétrole. À l’occasion de leur 50e anniversaire, les Émirats arabes unis cherchent à accélérer leurs réformes économiques et sociales pour se rebaptiser pour un avenir post-pandémique.

Lors de la première grande conférence de presse en personne du gouvernement depuis la pandémie, Abdulla bin Touk, le ministre de l’Économie, a promis que le gouvernement verserait 13,6 milliards de dollars directement dans l’économie au cours de l’année prochaine, avec un total de 150 milliards de dollars investis d’ici 2030.

Dimanche, enterré dans la série d’initiatives de développement économique tape-à-l’œil, un changement beaucoup plus pratique – et radical – du système de visa du pays qui régit les légions de travailleurs étrangers d’Afrique, du Moyen-Orient et d’ailleurs qui alimentent l’économie du pays.

Depuis l’indépendance des Émirats arabes unis, l’État a lié l’emploi au statut de résident, accordant aux employeurs un pouvoir démesuré et forçant les gens à quitter immédiatement le pays une fois qu’ils ont perdu leur emploi.

Les nouveaux plans donnent aux résidents trois mois supplémentaires pour chercher d’autres emplois après avoir été licenciés, permettent aux parents de parrainer les visas de leurs enfants pendant sept ans supplémentaires jusqu’à l’âge de 25 ans et assouplit les restrictions de visa pour les pigistes, les veuves et les personnes divorcées, entre autres. . C’est un changement subtil de la relation traditionnelle des États arabes du Golfe avec la main-d’œuvre étrangère, qui a longtemps été traitée comme une sous-classe consommable.

Les ministres ont également déclaré qu’ils cherchaient à doubler l’économie des Émirats arabes unis au cours de la prochaine décennie grâce à d’importants accords commerciaux avec des pays comme Israël, la Turquie, le Royaume-Uni et l’Indonésie.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page