News

Le leader de l’opposition ougandaise Bobi Wine : « Museveni finira dans la poubelle de l’histoire »

Publié le:

Dans une interview accordée à FRANCE 24 depuis l’Afrique du Sud, le chef de l’opposition ougandaise Bobi Wine a déclaré qu’il était « définitivement le président élu de l’Ouganda ». Wine, qui s’est présenté sans succès aux postes les plus élevés du pays en janvier, a accusé le président Yoweri Museveni de “meurtre de masse” et a appelé le peuple ougandais à “se libérer” d’une “dictature”. Comparant Museveni aux dictateurs déchus Robert Mugabe, Omar al-Bashir et Mouammar Kadhafi, Wine a prédit que ce n’était « qu’une question de temps » avant que le président « ne finisse dans la poubelle de l’histoire ».

Le leader de la plateforme ougandaise Unité nationale, Robert Kyagulanyi Ssentamu – plus connu sous son nom de scène Bobi Wine – a déclaré à FRANCE 24 qu’il était le vrai vainqueur de l’élection présidentielle de janvier. Il a critiqué les pays occidentaux et l’Union africaine pour leur réaction tiède à ce qu’il décrit comme un sondage frauduleux. Il a affirmé que Yoweri Museveni avait peur du peuple ougandais, en particulier de la jeune génération.

Le chef de l’opposition a déclaré avoir rejeté une récente offre de dialogue de Museveni, soulignant que “l’approche du président en matière de dialogue a été soit la coercition, soit la cooptation, mais pas un véritable dialogue”.

Réagissant à Museveni disant que les responsables des meurtres de manifestants lors des dernières élections seraient poursuivis, Wine a qualifié cette décision d'”hypocrite”, affirmant que le fils aîné du président – le général de division Muhoozi Kainerugaba – était le principal coupable de la répression. Le chef de l’opposition ougandaise a ajouté qu’il était clair que le fils de Museveni était préparé pour lui succéder et faire de l’Ouganda une dynastie.

Wine a décrit la décision de Museveni d’accueillir temporairement des réfugiés afghans sur le sol ougandais comme une mesure pour “nettoyer son image” au niveau international après l’élection controversée. Il a promis d’utiliser tous les moyens “juridiques et moraux” pour évincer Museveni du pouvoir, affirmant que le président finirait “dans la poubelle de l’histoire”, dans le sillage d’autres dictateurs comme Omar el-Béchir ou Robert Mugabe.

>> Regardez notre interview avec le président ougandais Yoweri Museveni

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page