News

Le patron de Fiba innocenté pour avoir négligé les “abus sexuels institutionnalisés” au Mali

Hamane Niang a repris son poste de président de l’organisme mondial de basket-ball Fiba après avoir été blanchi pour avoir ignoré les abus sexuels au Mali alors qu’il dirigeait la fédération là-bas.

Niang s’est retiré en juin alors qu’une enquête était ouverte sur des allégations d’abus sexuels de longue date au sein de la Fédération malienne de basket-ball (FMBB), qu’il a présidée de 1999 à 2007.

Bien qu’un rapport indépendant commandé par Fiba « ne fournisse aucune preuve » de la connaissance de Niang de ces questions, il a confirmé « des abus sexuels au sein de la FMBB pendant des décennies ».

En conséquence, trois autres personnes ont été suspendues, ce qui porte à sept le décompte désormais suspendu par Fiba à la suite de l’enquête.

Le rapport est accablant pour la FMBB, avec le témoignage de certains de ses responsables qualifié d’« évasif, contradictoire et mensonger ».

“La FMBB a été négligente pendant des décennies dans ce qui semble être devenu un système institutionnalisé d’abus sexuels, de harcèlement et de dissimulation”, a-t-il ajouté. indiquait le rapport. lien externe

Niang, quant à lui, revient pour occuper un poste auquel il a été nommé en 2019.

“Cette enquête est d’une importance capitale et je tiens à exprimer mon soutien personnel et inconditionnel aux victimes”, a déclaré Niang. dans un rapport. lien externe

« Étant donné que le (rapport) a confirmé mon innocence, je vais maintenant reprendre mes fonctions officielles auprès de Fiba. Ces infractions doivent être dûment poursuivies par Fiba dans le cadre de procédures indépendantes. »

Au cours de l’enquête, une équipe d’enquête dirigée par Richard McLaren, qui avait déjà enquêté sur le scandale de dopage dans l’athlétisme en Russie, s’est entretenue avec 31 témoins, dont des joueurs, des entraîneurs et divers officiels.

« Les témoins interrogés ont décrit une culture de peur, de représailles et de dissimulation liée aux victimes d’abus sexuels au sein de la FMBB pendant des décennies », indique le rapport.

“Au moins 22 témoins potentiels ont refusé de parler, souvent pour ces raisons.”

Le rapport a révélé que plusieurs joueuses, dont beaucoup de jeunes, avaient été victimes d’abus sexuels et psychologiques alors qu’elles représentaient le Mali, champion d’Afrique en 2007.

Les sept personnes désormais suspendues sont :

  • Fanta Diallou, entraîneur féminin
  • Seydou Maiga, secrétaire général de la FMBB
  • Amadou Traoré, vice-président FMBB
  • Amadou Bamba, entraîneur (suspendu en juin)
  • Oumar Sissoko, entraîneur (suspendu en juin)
  • Amadou Ario Maiga, responsable FMBB (suspendu en juin)
  • Harouna Maiga, président de la FMBB (suspendu en juin)

Le rapport indique que Diallo n’a pas signalé les abus sexuels qui lui ont été signalés par des joueurs, tout en constatant que l’entraîneur Bamba – actuellement dans une prison malienne en attendant son procès pour des infractions qu’il nie – aurait ” harcelé et abusé sexuellement de plusieurs joueurs “.

Le président de la FMBB, Harouna Maiga, a quant à lui “menti aux enquêteurs sur sa connaissance préalable d’abus sexuels, comme le démontrent les preuves recueillies”.

Le rapport de 149 pages s’est terminé en suggérant que Fiba – qui promet « une tolérance zéro pour toutes les formes de harcèlement et d’abus » et compte plus de 213 membres – devrait envisager un « registre central mondial pour enregistrer les allégations d’abus sexuels ».

Plus tard cette semaine, Le Mali commencelien externe leur campagne pour les championnats d’Afrique de basket féminin à Yaoundé, au Cameroun.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page