HealthNews

Des experts africains en santé publique appellent l’ONU à accélérer la livraison des vaccins

Alors que les dirigeants mondiaux se préparaient à se réunir à l’Assemblée générale des Nations Unies, des experts africains de la santé publique ont appelé jeudi à agir pour accélérer la livraison des vaccins Covid-19 sur leur continent, où, selon l’Organisation mondiale de la santé, seulement 3,6% des personnes ont été complètement vaccinés contre la maladie jusqu’à présent.

Les pénuries d’approvisionnement de Covax, l’initiative mondiale de partage des vaccins, ont laissé aux pays africains seulement la moitié des doses dont ils ont besoin pour atteindre l’objectif mondial de vaccination complète de 40 pour cent de leur population d’ici la fin de 2021. Les inégalités dans la distribution des vaccins demeurent frappant: l’Afrique abrite environ 17% de la population mondiale, mais seulement 2% des près de six milliards de vaccins administrés jusqu’à présent ont été administrés en Afrique, selon l’OMS

“Alors que l’Assemblée générale des Nations Unies se réunit la semaine prochaine, j’exhorte les dirigeants africains à les appeler à assurer un accès équitable aux vaccins”, a déclaré le Dr Ayoade Olatunbosun-Alakija, présidente de l’Alliance africaine pour la livraison de vaccins, lors d’une conférence de presse en ligne jeudi. « Demandez aux pays riches : où sont les vaccins africains ? Où sont les vaccins pour les pays à revenu faible et intermédiaire du monde ? »

Les pays riches du monde n’ont fourni qu’une fraction des doses promises à Covax. Ce manque à gagner est l’une des principales raisons pour lesquelles Covax a réduit ses prévisions la semaine dernière pour le nombre de doses dont il disposerait cette année. Dans le monde, 80 pour cent des injections qui ont été administrées l’ont été dans des pays à revenu élevé et intermédiaire supérieur, selon le projet Our World in Data de l’Université d’Oxford. Seulement 0,4 pour cent des doses ont été administrées dans les pays à faible revenu.

Une autre raison, selon les experts, est que l’Inde, avec la plus grande industrie de fabrication de produits pharmaceutiques au monde, a interrompu les exportations de vaccins contre les coronavirus alors qu’elle essaie de vacciner davantage sa propre population.

« Les interdictions d’exporter et la thésaurisation des vaccins ont toujours une emprise sur la bouée de sauvetage des approvisionnements en vaccins vers l’Afrique », a déclaré le Dr Matshidiso Moeti, directeur de l’OMS pour l’Afrique, lors de la conférence de presse. « Tant que les pays riches excluront Covax et l’Union africaine du marché, l’Afrique manquera ses objectifs de vaccination.

Le Dr Moeti a réitéré la demande de l’OMS que les pays reportent l’administration de rappels aux personnes en bonne santé jusqu’à la fin de l’année, afin que davantage de doses de vaccin puissent être fournies aux pays qui ont encore du mal à administrer les premières doses. Pourtant, un nombre croissant de pays mettent en œuvre des plans pour des programmes de rappel.

Le Dr Moeti a ajouté que les pays africains avaient considérablement augmenté leur capacité de livraison, administrant 13 millions de doses la semaine dernière, plus du triple des chiffres des semaines précédentes. Même ainsi, à leur rythme actuel, les pays n’atteindront pas l’objectif de vaccination de 40 pour cent avant mars prochain, a-t-elle déclaré.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page