NewsSports

Le Zimbabwe ordonne aux fonctionnaires de se faire vacciner contre le COVID

Le gouvernement du Zimbabwe a ordonné à tous ses employés de se faire vacciner contre le COVID-19, sinon ils ne seront pas autorisés à venir travailler.

La Commission de la fonction publique, qui est en charge des conditions d’emploi des fonctionnaires, a publié mercredi un avis interne ordonnant aux employés de se faire vacciner.

“Tous les fonctionnaires doivent être vaccinés sans délai, et les membres non vaccinés ne seront pas autorisés à se présenter au travail”, a déclaré l’avis, qui a été consulté par l’Associated Press. La commission a “exhorté” les chefs des départements gouvernementaux à prendre des dispositions pour que leurs employés soient vaccinés “et à expliquer à tous ceux qui choisissent de ne pas être vaccinés qu’ils ne seront pas réputés travailler”.

Il n’a pas été précisé ce qui arriverait aux employés qui refusaient de se faire vacciner, bien que le journal public The Herald ait rapporté que le gouvernement adopterait une politique selon laquelle les travailleurs non vaccinés ne seraient pas payés.

La ministre de l’Information, Monica Mutsvangwa, a annoncé plus tôt cette semaine le programme de vaccination obligatoire pour les fonctionnaires. Elle n’a donné aucun délai pour que les travailleurs reçoivent les vaccins et n’a pas non plus précisé quelles seraient les répercussions pour ceux qui refusaient.

Le gouvernement est le plus gros employeur du Zimbabwe et compte environ 500 000 travailleurs.

Le Zimbabwe est l’un des principaux pays d’Afrique en termes de vaccination, avec plus de 12% des 15 millions d’habitants du pays entièrement vaccinés. Cela se compare à seulement 3,6% des personnes en Afrique qui ont été entièrement vaccinées, selon les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies. Le Zimbabwe a reçu plus de 11 millions de doses, principalement des vaccins chinois Sinopharm et Sinovac.

Le pays d’Afrique australe a annoncé le mois dernier qu’il ouvrait la vaccination contre le COVID-19 aux enfants âgés de 14 à 17 ans, l’un des premiers pays d’Afrique à le faire. Il offrait déjà des jabs à toute personne de 18 ans ou plus.

___

Suivez la couverture pandémique d’AP sur :

https://apnews.com/hub/coronavirus-pandemic

https://apnews.com/hub/coronavirus-vaccine

https://apnews.com/UnderstandingtheOutbreak

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page