News

Un million d’enfants nigérians manqueront l’école en raison de menaces de violence

Publié le:

Un million d’enfants nigérians ne seront probablement pas scolarisés en raison de la menace de violence après une série d’enlèvements de masse et d’attaques visant des élèves cette année, a annoncé mercredi l’ONU.

Plus de 1 000 élèves ont été enlevés en masse contre rançon par des gangs criminels dans les États du nord-ouest et du centre du Nigéria depuis décembre, et des dizaines sont toujours en captivité.

L’UNICEF, l’agence des Nations Unies pour l’enfance, a déclaré qu’il y avait eu 20 attaques contre des écoles au Nigeria cette année et que plus de 1 400 élèves avaient été emmenés et 16 étaient morts.

La plupart ont été libérés après des négociations de rançon, mais seulement après des semaines ou des mois de captivité, souvent dans des conditions épouvantables dans des camps ruraux.

« Les familles et les communautés craignent toujours de renvoyer les enfants dans leurs salles de classe en raison de la vague d’attaques dans les écoles et d’enlèvements d’élèves », a déclaré l’UNICEF dans un communiqué.

Plus de 37 millions d’enfants nigérians devraient commencer la nouvelle année scolaire ce mois-ci, a indiqué l’agence, tandis qu’un million environ ne reviendrait probablement pas.

Certains gouvernements d’États ont temporairement fermé des écoles après des enlèvements.

Les États du nord-ouest et du centre ont longtemps lutté contre la violence du tac au tac entre les communautés d’éleveurs nomades et d’agriculteurs qui se battent pour la terre et l’eau.

Les attaques se sont intensifiées avec l’émergence de gangs criminels lourdement armés, connus localement sous le nom de bandits, qui pillent des villages, volent du bétail et kidnappent contre rançon.

Cette année, des gangs de bandits ont ciblé des écoles et des collèges dans le nord-ouest du Nigeria, arrachant des élèves et les emmenant dans des cachettes forestières pendant qu’ils négocient les paiements.

Environ 70 étudiants enlevés il y a près de quinze jours ont été libérés cette semaine dans le nord-ouest de l’État de Zamfara, où l’armée a lancé une offensive contre les gangs de bandits kidnappeurs.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page