News

Les autorités soudanaises déjouent une tentative de coup d’État et arrêtent des comploteurs

Publié le:

Les autorités soudanaises ont déjoué une tentative de coup d’État, a annoncé mardi l’armée, évitant de défier un conseil civilo-militaire qui dirige le pays depuis le renversement d’Omar el-Béchir en 2019.

Un membre civil du conseil au pouvoir a déclaré à Reuters que la situation était sous contrôle après que la tentative de coup d’État de la nuit ait été contenue. L’interrogatoire des suspects devait commencer, a déclaré le membre du conseil, le porte-parole Mohamed Al Faki Suleiman.

Les dirigeants de la tentative de coup d’État ont été arrêtés, a déclaré un porte-parole du gouvernement à la télévision d’État, ajoutant que des “restes” du régime du Bashir évincé avaient participé à la tentative.

L’organe dirigeant connu sous le nom de Conseil souverain a dirigé le Soudan dans le cadre d’un fragile accord de partage du pouvoir entre les militaires et les civils après le renversement de Bashir.

Il prévoit d’organiser des élections libres en 2024.

“L’armée a vaincu la tentative de coup d’État et la situation est complètement sous contrôle”, a déclaré à l’agence de presse SUNA le conseiller médiatique du chef du Conseil souverain, le général Abdelfattah al-Burhan.

Une source gouvernementale, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a déclaré que la tentative de coup d’État avait impliqué un effort pour prendre le contrôle de la radio d’État à Omdurman, de l’autre côté du Nil depuis la capitale Khartoum.

Des mesures ont été prises pour contenir un nombre limité de personnes impliquées, a indiqué la source. Toutes les personnes impliquées avaient été arrêtées, a rapporté la SUNA.

Un témoin a déclaré que des unités militaires fidèles au conseil avaient utilisé des chars pour fermer un pont reliant Khartoum à Omdurman tôt mardi matin.

Ce n’était pas le premier défi lancé aux autorités de transition, qui disent avoir déjoué ou détecté de précédentes tentatives de coup d’État liées à des factions fidèles à Bashir, qui a été destitué par l’armée après des mois de protestations contre son régime.

En 2020, le Premier ministre Abdalla Hamdok a survécu à une tentative d’assassinat visant son convoi alors qu’il se dirigeait vers Khartoum.

Le Soudan a été progressivement accueilli dans le giron international depuis le renversement de Bashir, qui a dirigé le Soudan pendant près de 30 ans et est recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour des atrocités présumées commises au Darfour au début des années 2000.

Bashir est actuellement en prison à Khartoum, où il fait face à plusieurs procès.

Le procureur en chef de la CPI a eu des entretiens avec des responsables soudanais le mois dernier sur l’accélération des mesures visant à remettre les personnes recherchées au Darfour.

L’économie soudanaise est en proie à une crise profonde depuis avant la destitution de Bashir et le gouvernement de transition a subi un programme de réforme supervisé par le Fonds monétaire international.

Soulignant le soutien occidental aux autorités de transition, le Club de Paris des créanciers officiels a accepté en juillet d’annuler 14 milliards de dollars de la dette soudanaise et de restructurer le reste des plus de 23 milliards de dollars qu’il devait aux membres du club.

Mais l’économie est toujours aux prises avec une inflation rapide et des pénuries de biens et de services.

(FRANCE 24 avec REUTERS)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page