HealthNews

Théoneste Bagosora, un cerveau du génocide rwandais, décède à 80 ans

KIGALI, Rwanda — Théoneste Bagosora, un haut responsable militaire rwandais qui était l’un des cerveaux du génocide rwandais, est décédé samedi dans une prison au Mali. Il avait 80 ans.

Son décès a été confirmé par un responsable du Mécanisme international appelé à exercer les fonctions résiduelles des Nations Unies pour les tribunaux pénaux à La Haye. Le responsable n’a pas précisé la cause du décès.

M. Bagosora a été reconnu coupable de génocide et de crimes contre l’humanité en 2008 et purgeait une peine de 35 ans, qui a été réduite de la prison à vie. Il était le directeur de cabinet du ministère rwandais de la Défense pendant le génocide de 1994, au cours duquel des extrémistes de l’ethnie Hutu ont tué jusqu’à un million de Tutsis et de Hutus modérés en seulement 100 jours.

Dans les trois jours qui ont suivi le 6 avril 1994, lorsque l’avion du président rwandais Juvénal Habyarimana s’est écrasé, il a été établi que M. Bagosora avait « assumé le pouvoir de la plus haute autorité » du ministère de la Défense, en plus d’exercer une influence significative sur affaires politiques.

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda a constaté qu’au cours de cette période, il avait ordonné le meurtre de certaines des plus hautes personnalités politiques du pays, ainsi que le massacre de civils dans la capitale, Kigali, et dans l’ouest du pays.

Parmi les personnes tuées figuraient Agathe Uwilingiyimana, le Premier ministre du pays ; Joseph Kavaruganda, le président de la cour constitutionnelle ; ainsi que les politiciens Frederic Nzamurambaho, Landoald Ndasingwa et Faustin Rucogoza. Sous sa surveillance, des militaires et des miliciens ont également tué des civils dans des centres religieux et des écoles.

M. Bagosora a également été initialement reconnu coupable du meurtre de 10 casques bleus belges, entraînant le retrait des forces des Nations Unies. Les casques bleus ont été arrêtés au bureau du Premier ministre dans la matinée du 7 avril et emmenés au camp Kigali où ils ont été abattus, battus à mort ou tués à coups de machette.

Même si l’équipe de défense de M. Bagosora a déclaré que l’attaque était le résultat d’une « mutinerie », le tribunal l’a déclaré responsable de leur mort. M. Bagosora, ont déclaré les juges, “avait connaissance de la menace à laquelle ils étaient confrontés alors qu’une attaque contre eux se déroulait”, ajoutant: “Il avait l’autorité et les moyens de l’empêcher, mais ne l’a pas fait”.

M. Bagosora a été condamné à la prison à vie. Mais la peine a été réduite à 35 ans en 2011 après qu’un certain nombre de condamnations – y compris pour le meurtre de certains soldats de la paix et civils belges dans de nombreux endroits – ont été annulées en appel.

Théoneste Bagosora est né le 16 août 1941 à Giciye, dans l’actuelle province de l’ouest du Rwanda. Il était marié et père de huit enfants, dont l’un est décédé dans un accident de voiture, selon les documents du tribunal.

Les informations sur les survivants n’étaient pas disponibles dans l’immédiat.

Dans les décennies qui ont précédé le génocide, il a reçu une formation à la fois dans son pays et à travers l’Europe et a gravi les échelons de l’armée rwandaise. Il est diplômé de l’École d’Officiers de Kigali en tant que sous-lieutenant en 1964, formé en Belgique et diplômé en 1982 avec une mention de l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale en France.

En octobre 1989, il est devenu colonel à part entière jusqu’à sa retraite en septembre 1993. Mais le ministre de la Défense, Augustin Bizimana, l’a rappelé au service actif en mai 1994 alors même qu’il continuait à servir comme directeur de cabinet pour le ministère de la Défense.

Après le génocide, M. Bagosora s’est d’abord enfui au Zaïre – aujourd’hui la République démocratique du Congo – puis est parti pour le Cameroun, où il a été arrêté en 1996 et transféré au siège du tribunal à Arusha, en Tanzanie. Plus tôt cette année, sa demande de libération anticipée a été refusée.

Marlise Simons rapports contribués.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page