News

Les forces de sécurité sauvent près de 200 victimes d’enlèvement dans le nord-ouest du Nigeria

Publié le:

Les forces de sécurité nigérianes ont secouru près de 200 victimes d’enlèvements lors de raids contre des camps de gangs criminels dans les forêts denses du nord-ouest du pays, a annoncé la police.

Des gangs lourdement armés connus localement sous le nom de bandits ont tourmenté le nord-ouest et le centre du Nigeria pendant des années, pillant et pillant des villages et enlevant contre rançon, mais la violence a augmenté au cours de l’année écoulée.

Les victimes secourues — 187 hommes, femmes et enfants — ont été libérées dans l’Etat de Zamfara, où elles avaient été enlevées lors d’attaques de bandits séparées, a annoncé la police jeudi soir.

La police a publié des photographies montrant des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants assis par terre après leur libération jeudi.

“Les victimes enlevées qui ont passé de nombreuses semaines en captivité ont été secourues sans condition à la suite d’opérations de recherche et de sauvetage de grande envergure qui ont duré des heures”, a déclaré le porte-parole de la police de l’État de Zamfara, Mohammed Shehu, dans un communiqué.

Le sauvetage faisait partie d’une opération militaire plus large d’une semaine à Zamfara et dans d’autres États du nord-ouest qui a inclus des pannes de télécommunications pour perturber les communications des bandits.

L’armée a déclaré la semaine dernière avoir “neutralisé” près de 300 criminels au cours des opérations. Mais la violence n’a pas cessé.

Mardi, une centaine de bandits à moto ont assiégé le village de Kuryan Madaro à Zamfara, tuant 14 personnes et saisissant de l’argent et des téléphones portables, ont indiqué des habitants.

Les nouvelles d’attaques dans le nord-ouest émergent souvent lentement depuis que les autorités ont suspendu les télécommunications le mois dernier à Zamfara et dans certaines parties des États de Katsina, Sokoto et Kaduna.

Le service de télécommunications a été rétabli dans la capitale de Zamfara, Gusau, la semaine dernière.

Les gangs, qui maintiennent des camps dans les forêts à cheval sur ces quatre États, ciblent de plus en plus les écoles où ils kidnappent des étudiants contre rançon.

Des centaines d’écoliers ont été enlevés lors d’enlèvements de masse depuis décembre. La plupart ont été libérés ou libérés après des rançons, mais des dizaines sont toujours détenus.

La violence des bandits n’est qu’un des défis auxquels sont confrontées les forces de sécurité nigérianes, qui luttent également contre une insurrection djihadiste depuis 12 ans dans le nord-est qui a tué plus de 40 000 personnes.

(AFP)

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page